Les réligions aussi

J’ai allumée ‘par hasard’ la télé ce matin de Pâques et suis tombée sur une messe Evangéliste.
14377056_sUn prêtre très dynamique à l’allure sympathique a retenu mon attention.

Il était en train de prêcher et j’ai retenu qu’il disait à peu près ceci : Il est temps de faire une humanité plus humaine ou chaque personnes aurait le droit d’avoir ses croyances, sa religion et que chacun vive en parfaite harmonie. Il est temps de prendre ses responsabilités et d’agir en harmonie avec la vie et d’apprendre à se respecter les uns les autres. C’est à nous de créer une nouvelle terre.

Waouh… et les gens ont applaudit ! Ensuite des jeunes se sont levés et ont dansé à la gloire du Seigneur, du créateur… Il y avait une grande joie dans cette cérémonie, tout le monde riait, chantait et honorait Jésus et la vie.

Si certaines religions s’y mettent… super ! La Nouvelle Terre a des chances de pouvoir s’installer rapidement, ça bouge toujours un peu plus… bientôt la balance changera de côté et le nouveau paradigme se mettra en place.

Courage et foi !
Joéliah

signature

Co-créez grand et gardez le cap jusqu'au bout

Lorsque vous désirez créer dans votre vie en conscience, attirer à vous quelque chose, que ce soit un état d’être, que ce soit de la matière, que ce soit une réalisation, un voyage ou un pays que vous désirez visitez, pensez déjà à vous unir intérieurement avec toute cette force cosmique possible et tout ce qui est à l’intérieur de vous.

Osez regarder, osez illuminer, n’ayez pas peur ; l’ombre s’éclaire aussitôt qu’elle reçoit de la lumière.
N’ayez pas peur de vos parts d’ombre ou de vos zones d’ombre : éclairez-les, observez ce qui est à l’intérieur, servez-vous de vos talents et autres possibilités et laisser le reste en attente.
Parfois vous avez certaines idées qui sont bloquées parce que vous en avez peur. Certaines personnes ont peur de leur pouvoir, d’autres ont peur de leur grandeur, de se montrer aux autres et certaines personnes ont peur de leur force, de leurs colères, de détruire.
Une colère c’est une force qui n’est simplement pas encore dirigée correctement avec amour et cette force intérieure, parfois, peut vous faire du tort, parce que cette force est bloquée, reste sur place, gonfle, gonfle, gonfle et peut provoquer à l’intérieur de vous des maux physiques importants.
Parce que cette force n’a qu’une attente : celle de pouvoir s’extérioriser et créer.

Bien entendu, ne lancez pas l’objet de votre colère contre vous ou contre quelqu’un. N’exprimez pas cette colère mais servez-vous de la puissance qui y est associée pour pouvoir créer quelque chose de fort, pour mettre à disposition des autres quelque chose d’intense et important, et surtout à votre disposition pour votre mieux-être.

De la même manière, certaines d’entre vous s’étouffent comme un moteur qui a une grande capacité, mais, qui ne reçoit pas le bon carburant.
Les filtres n’ont pas été nettoyés et il y a encore des blocages pour l’énergie. Alors, oui, dans vos idées, l’envie, le moteur est là, mais c’est très poussif, voir ça cale tout de suite parce que il y a une pollution dans le filtre. Et parfois, il suffit simplement de faire un grand nettoyage intérieur, de transformer vos habitudes, d’aller libérer par des pardons, par des acceptations, par des nettoyages aussi du corps : un jeûne, une séance de détoxination.

Un nettoyage à l’intérieur du corps permet de pouvoir changer, de nettoyer votre machine, mais aussi un nettoyage de pensées, de tout ce qui peut être avide, de tout ce qui peut abaisser la vibration.

Transformez vos états d’esprit, élevez-vous vers plus d’amour et de lumière, et vous verrez votre véhicule prendre une force que vous ne soupçonniez pas.
Allez voir à l’intérieur de vous toutes ces zones d’ombres qui vous empêchent d’être performants, de pouvoir créer comme vous voulez. Et, une fois que vous êtes bien centrés, que la machine fonctionne bien, que vous êtes en accord avec cette force, tout comme avec un véhicule, soyez le conducteur qui sait où aller.

4970053_sAlors, définissez bien votre but,
votre itinéraire,
votre ville d’arrivée.
Qu’est-ce que vous désirez avoir ?
Qu’est-ce que vous désirez faire ?
Dans quel état désirez-vous être et vous sentir ?

Nettoyez bien vos vitres, vos pare-brises et puis allez-y, roulez, regardez où vous allez.
Lorsque vous conduisez, vous pouvez admirer le paysage et c’est très beau de profiter de l’instant présent, de regarder ce qui se passe, mais tout en sachant où vous voulez aller, en gardant le cap.

Imaginez un conducteur qui veut se rendre d’une ville à une autre et qui, dès le premier village rencontré ou la première ville décide de la visiter. Donc il arrête, il commence à visiter à pieds et il dit : c’est beau, c’est beau ! Je n’avais jamais vu ça avant ! Et puis, il se perd dans ses idées : ah, un bel hôtel, je vais dormir là, je vais rencontrer des nouvelles  personnes ; et puis, il se laisse griser par cette nouvelle ville et s’en sans apercevoir, oublie complètement où il devait aller. Ou alors il se dit : finalement, ça me suffit, je vais rester dans cette ville-là, parce que peut-être que l’autre n’est pas aussi bonne, pas aussi belle, je ne trouverai peut-être pas ce que je désire.

Imaginez encore une personne qui n’a jamais quitté son village et qui veut se rendre à la capitale et qui rentre dans la première grande ville qu’il rencontre où tout est grand, tout est magnifique, tout est différent, et il se dit : c’est grand, c’est suffisant pour moi.
Mais, il ne voit qu’une partie de la vérité parce qu’il ne connait pas autre chose, parce qu’il n’a jamais expérimenté, il ne sait pas qu’il peut y avoir encore plus grand, plus beau ou meilleur pour lui et qu’il mérite aussi d’avoir tout cela.

Et bien parfois, dans vos désirs, dans vos buts, dans vos choix, c’est la même chose.
Vous avez idée de quelque chose de grand, de beau pour vous, mais, vous vous arrêtez aussitôt à quelque chose qui paraît déjà plus grand que ce qu vous avez et vous pensez : cela me suffit, vous êtes dans le suffisant.

Mais en vérité, cela n’est qu’une étape pour vous montrer que vous êtes sur le bon chemin, que vous méritez encore plus, mieux et que, surtout, lorsque vous arrivez dans quelque chose de plus grand, vous avez plus de choix, plus de possibilité de rayonner, plus de facilité pour choisir exactement ce qu’il vous faut. La vie peut donner toujours plus et mieux.
C’est ce que nous aimerions que vous compreniez là.13484874_s

C’est que, souvent, vous vous contentez de peu, parce que c’est un peu mieux que ce que vous aviez avant, parce que vous dites que l’argent ne vous intéresse pas. Bien entendu, l’argent en lui-même n’est pas intéressant, c’est la capacité, ce sont les possibilités qu’il peut vous donner de vous développer et d’aider les autres qui sont intéressantes.
Si vous avez un peu, vous pouvez donner un peu, si vous avez plus, vous pouvez donner plus, si vous avez beaucoup, vous pouvez donner beaucoup et recevoir beaucoup.

Comprenez bien que bien souvent vous vous arrêtez à ce qui est un peu mieux, alors que vous pourriez simplement, en appréciant ce que vous venez d’avoir ou de voir, vous diriger vers plus grand, plus beau de façon à être encore plus rayonnants, plus co-créateurs dans ce monde. Car l’énergie divine, l’énergie de création est immense, énorme, elle peut tout vous donner.

Donc, notre conseil : voyez grand, voyez paisible, voyez joyeux dans vos souhaits. Ensuite, vibrez de joie et d’amour sur le fait que c’est possible, que c’est déjà là et que vous allez pouvoir atteindre ce but très rapidement.

Plus votre joie sera grande, plus vous autoriserez la vie à vous donner le meilleur et plus le meilleur arrivera rapidement.
Soyez sûrs que c’est possible car cela l’est.

Nous vous envoyons tout notre amour et notre soutien.

Les EnSeigneurs du Ciel
Canalisés par Joéliah en mars 2013

Nota : image du coeur soumise à Licence payante.
Autres images credit: Copyright (c) 123RF Stock Photos

signature

Vivre le moment présent et créer son futur maintenant

Quel beau cadeau se fait celui qui vit au moment présent, sans penser au poids du passé, sans penser aux charges de l’avenir, tout en sachant qu’il crée son futur dès maintenant, à partir de ses croyances et de ses actions.

Certaines personnes s’inquiètent bien à l’avance d’un voyage à faire : « 700 Km ! On va être fatigués, il va falloir s’arrêter car on aura chaud, il va y avoir des embouteillages, pourvu que la voiture ne tombe pas en panne, pourvu que ça ne fasse pas comme l’an dernier ou l’on est resté bloqués.. »
Il s’en font à l’avance, vivent sur des mauvais souvenirs et épuisent l’énergie.

Pour ma part, quand je pars, même pour 1000 km, je vérifie simplement l’itinéraire, fait le plein et vérifie si ma voiture est en pleine forme et la veille au soir, je crée le bon voyage en affirmant à haute voix et en visualisant :

11297306_s« Ce voyage se passe pour le mieux du monde. Toutes les personnes qui roulent dans le même sens que moi ou que je rencontre sont protégées et vont parfaitement bien.
La route est libre et sans encombre et sèche.
Merci pour la protection et l’énergie nécessaire à ma bonne arrivée »
et je m’endors tranquillement.

Puis jee pars tranquillement, je roule, je m’arrête quand j’en ressens le besoin.
Je parle, je chante, j’aide des autos stoppeurs si besoin et tout va toujours bien.
Ce n’est pas du hasard, mais de la construction, de la création.

Une fois, j’ai oublié… prise par l’ambiance d’un groupe et le lendemain ; aie ! Embouteillage sur 30 km… et là trop tard pour demander, mais je me suis souvenu d’une grande roue de secours… les rayons violets et verts. Je les ai appelé en renfort pour libérer et aider à la circulation et l’embouteillage s’est libéré dans les 10mn… alors que ce n’était pas prévu.

Une autre fois, c’est mon mari qui a appelé l’énergie de libération et circulation pour dégager un endroit toujours bloqué sur l’île de la Réunion et nous sommes passés comme si de rien n’y était à la grande stupéfaction d’une amie habituée à cet embouteillage quotidien…

Ce n’est pas quand on a faim qu’il faut faire à manger et c’est bon de s’y prendre quand l’estomac n’est pas vide, aussi, pour la création c’est pareil, c’est avant qu’il faut créer par l’esprit pour que l’énergie agisse dans la matière. C’est le champ quantique qui crée selon nos demandes.

Donc si vous avez une demande à faire, prenez-vous y un peu avant, pour bénéficier du résultat au moment opportun et ainsi vous pourrez vivre tranquillement le temps présent, sachant que vous avez créés les meilleures conditions pour le vivre.

Bon moment présent
Joéliah

Photo Copyright (c) 123RF Stock Photos

signature

Nos 4 saisons intérieures

Le printemps prouve que tout est possible… la vie semble se retirer en hiver mais ce n’est que pour mieux s’épanouir. Tout est en perpétuel mouvement.

Un temps pour se concentrer, un temps pour extérioriser, un temps pour donner, un temps pour rayonner, un temps pour recevoir, un temps pour lâcher, un temps pour accepter, un temps pour se reposer, un temps pour ne rien faire et profiter.

La vie est ainsi faite de cycles, tout comme les saisons.

Sauf agissement contre nature, dans un pays tempéré, il est impossible de récolter du blé en hiver ou humer les senteurs d’un lys ou d’un lilas, de même qu’il ne tombe pas de neige au mois de juillet.

Nous avons aussi nos saisons intérieures et aller contre notre nature peut parfois se révéler désastreux.

i-wHK8WXx-M. copyright Ger spendel. jpgD’où l’importance de se connaitre, de s’écouter et de se respecter.

Beaucoup d’accidents domestiques, de maladies ou d’incidents seraient ainsi évités, si l’intelligence avait prévalu sur le rendement dans la société.

Au lieu de donner des vacances à des dates spécifiques identiques pour tout le monde, il serait plus judicieux, dit le bon sens, de permettre aux gens fatigués de se reposer un temps, et à ceux en pleine forme au moment des vacances imposées de travailler avec un bon rendement.

Monsieur Bon Sens a quitté la terre depuis un moment et l’humanité vit de travers, sans conseils avérés de la Source de tout ce qui est.

Si vous vous sentez en hiver intérieur, sans envie de quoi que ce soit et plutôt replié sur vous-même, acceptez ce fait un moment et reposez-vous. Autorisez-vous d’être à un stage de pause. A condition de ne pas y rester toute l’année. Servez-vous de ce temps pour écrire vos idées, comment vous aimeriez vivre votre vie…
Intérieurement, c’est le temps de pause, de réflexion, de remise en question pour une nouvelle orientation, de libération de ce qui n’est plus utile.

Si vous vous sentez pousser des ailes, envie de tout nettoyer, bouger, plein d’idées de création… agissez ! Mais pas toute l’année non plus… et surtout vérifiez régulièrement si vous êtes en accord avec vos idées, qu’il n’y ait pas de déviance due à l’exhalation ou l’impatience. Recentrez si besoin.

(Les 25 motivations contenues dans le CD ‘Que le meilleur soit !‘ sont idéaux pour se le rappeler )

Si vous vous sentez rayonnant dans vos activités, que tout prospère, que vous prenez un temps pour partager, voyager, échanger, faire de nouvelles connaissances, prendre de l’ampleur, oser vous découvrir… c’est l’été. Profitez-en pour vous montrer mais surtout, ne jouez pas à la cigale sans penser à votre lendemain… gardez le cap sur la période d’engrangement.

i-6t2j53K-M copyright Ger Spendel
L’automne est celle du recevoir, des récoltes, de la mise de côté pour les périodes hivernales ou rien ne pousse. Intérieurement, l’automne est le temps où l’on accepte la reconnaissance de son travail et que l’on ose réclamer son dû. C’est le temps de la générosité de la nature qui permet de se rendre compte de l’efficacité ou non de son travail et de rectifier…
et là, l’hiver est bienvenu pour le faire.

Tout est cyclique.
La nature ne donne pas tout le temps en permanence, des fruits sur le même arbre sans qu’il se repose, sinon il s’épuiserait rapidement.

C’est ce que l’homme n’a pas vraiment compris lorsqu’il fait des cultures intensives et booste avec de l’engrais toute l’année pour produire, produire… car la demande est forte.

A cette image, l’homme en désaccord avec sa nature, se booste parfois avec des vitamines 8168215_sartificielles, des médicaments, de l’alcool, du tabac ou autres substances.
Il se drogue pour dormir, pour se réveiller, boit du café pour tenir la cadence… et c’est le chaos intérieur.

En sachant écouter son corps, et sans forcément tout quitter de son quotidien, il est possible de se réadapter à la bonne saison.

Stopper par exemple la vision d’émission de télévision, machinales et non réfléchies, et prendre ce temps pour méditer, lire un livre sympa, jouer avec ses enfants, créer son tableau de rêves, aller marcher ou prendre un bain relaxant.

Arrêter de se nourrir d’informations négatives et prendre ce temps pour aider les autres, appeler une personne seule, s’occuper d’animaux, d’associations… nourrir le positif.

Faire en conscience un jeûne ou une monodiète purificative.

Dans un embouteillage ou si vous faites la queue pour un service, au lieu de pester, en profiter pour bénir toutes les personnes qui sont autour, sourire et envoyer de la bonne humeur… rayonner l’énergie de paix sur toutes en souhaitant que ça puisse améliorer leur quotidien. Écoutez un audio de motivation positive ou de la grande musique qui élève l’âme.

Si vous avez beaucoup de personnes à servir ou de dossiers à faire, au lieu de focaliser sur tout le travail à venir, vivez le moment présent, et servez un par un, en donnant le meilleur. En vous concentrant sur un seul acte à la fois, le reste disparait…

Il y a ainsi, plein de trucs sympas qui peuvent être faits et peuvent tout changer à condition de le décider.

Les 4 saisons intérieures peuvent changer au cours d’une même journée ou durer plusieurs semaines sur une seule. L’important est de les ressentir et de profiter du meilleur de chacune.

Que ce meilleur soit !
Joéliah

Photos saisons : copyright Ger Spendel et médicaments : Copyright (c) 123RF Stock Photos.

signature

Le grand nettoyage (intérieur) de printemps

Dès que la lumière des beaux jours rallonge et qu’il fait meilleur, une envie de propreté se fait ressentir. On ouvre les fenêtres pour laisser entrer le bon air et les rayons du soleil…  et là, horreur…  ils éclairent aussi toute la poussière des recoins, les toiles d’araignées ou les dépôts de la fumée de cheminée.

5391408_sAlors qu’on pensait vivre dans l’illusion de la propreté, atténue par le manque de lumière de l’hiver, un éclat de soleil vient tout remettre en question.

On s’habitue ainsi, à vivre avec une lumière atténuée en nous et ainsi, les zones d’ombres sont moins perceptibles.

Pas besoin de se remettre en question quand il n’y a rien d’évident à faire. Pas besoin d’aller libérer des mauvais schémas de pensées ou transformer ses habitudes puisque tout semble aller bien.

Un dicton dit ‘on sait ce qu’on a, mais on ne sait pas ce qui arrive. il vaut mieux un cheval borgne qu’un aveugle’. Et  beaucoup d’humains se contentent de peu, d’être borgnes par peur de perdre ce qu’ils ont sans penser qu’il y a d’autres choix que le pire.

Ouvrons nous au meilleur ! Le temps est venu d’être bien voyants et de profiter de la vue que la vie nous offre.

Il est temps d’aller balayer les poussières des rancunes ou rancœur et de faire briller notre personnalité en union avec notre véritable nature lumineuse.12799254_s

Temps de faire le grand ménage intérieur. Temps de laver les sales pensées, les mémoires de salissures avec la lessive du pardon et de l’amour et de mettre un bon adoucissant de tendresse et d’autorisation de valorisation.

Temps de changer les vieux meubles lourds et encombrants de nos idées fixes du passé et de les remplacer par des idées neuves, légères, colorées et plus à notre goût.

Temps d’ajouter des tableaux de rêves afin de se focaliser régulièrement dessus afin d’élever notre fréquence et d’attirer tout ce qu’il faut pour les vivre.

Le printemps porte l’énergie du renouveau, du changement, de l’épanouissement de soi, aussi, profitons de ce moment porteur pour tout libérer, tout changer et laisser bourgeonner notre arbre de vie.

Et avec un peu de chance, le génie de la propreté viendra nous aider de sa tornade blanche…

Que le meilleur ménage soit !

Joéliah

Images Copyright (c) 123RF Stock Photos

signature

VIVE le printemps !

Temps de renaissance, le printemps est la période la plus attendue de la nature pour recommencer à donner le meilleur d’elle-même.
A l’hiver tout prend du repos pour se rassembler, réunir ses forces, aller au coeur de soi, pour pouvoir grandir à nouveau dès les premiers rayons intenses du soleil.
Le printemps est l’élan qui donne l’essor au mouvement tel un athlète qui, après s’être concentré peut donner le meilleur de lui-même.

Période de dynamisme et de renouveau, c’est le moment idéal pour lancer de nouveau projet, pour mettre ses idées au clair et créer les opportunités pour pouvoir les réaliser.

Dans la roue angélique, le 21 mars est le premier jour de l’année ou l’ange Vehuiah, porteur de la volonté divine donne l’élan pour toute l’année. Du 21 au 25 mars, en mettant son énergie dans les nouveaux plans, nous pouvons imprimer l’idée de l’endurance.

Il est lié au rayon bleu qui apporte foi, endurance et persévérance dans les actions.

Le début du printemps est donc le moment idéal pour passer ses commandes à l’Univers et a projeter son idéal de vie.

Et comme c’est bientôt Pâques, le jour de la résurrection du Christ, profitons-en aussi pour nous unir avec amour, à la vie qui se poursuit toujours, au-delà des apparences, tout comme la plante annuelle sort de terre après avoir disparu complètement et repousse de plus belle pour donner ses plus belles fleurs au moment idéal.

Vive la Vie éternellement renouvelée.

Joéliah

(Photo copyright soumise à licence de 123rf.com, réservée au jardin merci)

signature

Rêve ou réalité ?

Parfois, au fil de l’écriture, des idées arrivent et permettent de réfléchir sur le vécu. Celui-ci est arrivé tout simplement en écrivant un autre texte.

Étant jeune, j’étais élevée dans un grand parc en pleine ville et bien que fille de servants de ‘riches’ vivant à l’étroit dans la conciergerie, j’étais consciente de profiter d’une partie de cette richesse, et ce, gratuitement. Oh, je travaillais quand même… tous les soirs, j’allais fermer de l’extérieur les 14 grands volets qu’il fallait rouvrir le matin dès l’aube, j’aidais à faire le ménage mais dès que les habitants de la ‘grande maison’ étaient partis en vacances, je jouais à la princesse.

17532222_sLe grand piano à queue m’impressionnait et malgré mon envie folle de jouer les airs qui venaient dans mon esprit… les mains ne suivaient pas et le stress de mes parents qui me disaient ‘fais attention qu’ils ne s’en rendent pas compte’ accentuait inconsciemment ce blocage du ‘pourvu que je ne me fasse pas prendre’…  parfois, je m’offrais le luxe d’un bain dans la grande baignoire à jets (dans les années soixante c’était très rare), mais je nettoyais bien tout après, et remettais exactement tout à la bonne place pour ‘ne pas me faire prendre’ mais plus encore, pour ne pas que mes parents soient punis et perdent leur travail.

Le parc était mon aire de jeux, mes parents me voyaient courir et ne pouvaient pas s’imaginer ce qui se construisait dans mon esprit… il y avait encore des roues de calèche dans une grange et plus d’une fois, un carrosse imaginaire et des chevaux me conduisaient à des soirées dignes de Cendrillon. Je dansais dans le grand salon… je descendais le grand escalier monumental avec une grande robe du soir… je profitais de chaque instant, consciente de cette richesse comme d’un luxe temporaire et éternel à la fois.

Quand Monsieur et Madame ‘les riches’ revenaient, je devais me contenter de ma petite chambre mais les 759312_srêves continuaient… et j’ai joué ainsi, au chat et à la souris du ‘la vie me permet de profiter de la richesse dès que les riches qui ont le droit en permanence sont absents’.

Il y avait une grande séparation dans mon esprit, d’un côté : la vie me donne tout, je peux profiter et c’est super d’avoir de belles choses, de l’espace, du confort…  et de l’autre, par ma condition sociale je n’ai pas le droit de l’avoir pleinement et à plein temps.

Et une grande partie de ma vie a été ainsi ballotée entre ces deux mondes : j’ai et je profite puis, je perds, puis j’ai à nouveau et je remercie le ciel puis je reperds tout…

Beaucoup ont vécu cette expérience de la séparation entre autorisation et empêchement d’être ou d’avoir, et c’est ainsi que se construisent des schémas des circuits dans nos neurones.
Des circuits qui, toute la vie, vont laisser passer l’énergie ou la bloquer et guider les expériences.

Si la connaissance n’est pas activée, on peut imaginer que c’est le sort qui s’acharne sur nous ou la faute à pas de chance, mais, en analysant ces premiers programmes installés, l’évidence est là.

Pendant des années, jusqu’à ce que j’apprenne à libérer les programmes, j’ai vraiment attiré ce que j’émettais : je n’avais pas le droit d’être du côté des riches sans mettre ma famille en danger et surtout, cela ne devait pas se remarquer.

Aujourd’hui, après des années de libération et d’autorisation d’être par amour de la vie, ma situation est normale. Je vis dans une grande maison avec le confort comme chaque humain devrait pouvoir le faire mais je veille aux signaux des programmes bloquants qui ont parfois tendance à revenir, afin d’entretenir ce mérite.

Je ne me suis pas permise d’avoir beaucoup, de recevoir beaucoup.

Je donne par contre, avec facilité et générosité. Alors pourquoi la vie n’en ferait-elle pas autant envers moi ?

Il suffit simplement que je lui en donne la permission… que je change de connexion de neurones et ouvre le champ des possibilités une fois pour toutes car la frontière entre rêve et réalité est mince.

A vous d’en faire autant si vous voulez changer quelque chose dans votre vie !

Que le meilleur soit !

Joéliah
Image Copyright (c) 123RF Stock Photos

signature

Le souffle des échanges humains

Nous sommes venus sur terre pour partager, échanger, vivre, communiquer et chacun a besoin des autres pour pouvoir le faire.
Donner et recevoir sont les deux actions de la respiration de la communion humaine.

Une respiration saine et équilibrée dans la joie des échanges apporte santé et bonheur de vivre.

11272548_sJe donne, je reçois, tu (me) donnes, tu reçois, ils ou elles (me) donnent, il ou elle reçoivent… et ainsi de suite et si des formes d’amour sont présentes dans ces échanges, c’est vraiment super.

Cela peut être conjugué à tous les temps et modes.

Souvent, il y a des déséquilibres.

Un premier est une interruption de communication ou forme d’apnée volontaire ou non.

Certaines personnes retiennent leur savoir ou ne distribuent qu’en petite quantité afin de garder le pouvoir sur les autres.

C’est parfois par orgueil et complexe de supériorité, ‘les autres ne sont pas à la hauteur de ce savoir’ ‘ils ne méritent pas’ ‘ils sont trop ceci ou pas assez cela…’ pour dominer et montrer leur petitesse aux autres, pour les manipuler en distillant des bribes de savoir et les tenir auprès d’eux. Ces dernières qui leurs donnent pouvoir sont prêtes à payer parfois chèrement pour avoir la suite de ces savantes connaissances et penser pouvoir devenir, un jour, comme leurs idoles ou simplement appréciés d’elles.

A l’image d’un plongeur qui retient son souffle pour aller regarder un beau paysage sous-marin sans donner 17018071_sson air, cette apnée peut se manifester aussi dans les échanges monétaires.

‘Je veux recevoir, mais sans rien donner en échange’. ou encore ‘je pense que c’est trop cher, que ça doit être gratuit, que ça n’a pas de valeur’… et toutes sortes de croyances bien arrangeantes pour recevoir sans rien donner en retour.
‘J’inspire, je prends… je gonfle et ça bloque… je thésaurise, j’ai peur de manquer… au secours, je ne comprends pas pourquoi cet argent ne circule pas dans ma vie…’

Une autre forme de mauvaise respiration de communication est plus asthmatique dans les échanges qui deviennent souffrances et blocages.

Ces échanges sont empreints de peurs d’être soi, d’audace, de courage d’exprimer ses vérités, de parler de ce qui peut fâcher, d’échanger naturellement ou encore peurs d’être jugés, catalogués ou punis.

Certaines personnes pensent que leurs connaissances peuvent les mettre en danger et se taisent, retiennent et bloquent et souffrent de ne pouvoir libérer.

C’est le cas lorsqu’il y a des secrets de famille, des ‘je n’aurai pas dû voir ou savoir’…

Et tout est gardé à l’intérieur… les yeux se brouillent, les oreilles se ferment… merci les lunettes ou les appareils auditifs pour tenter de corriger ces blocages.

Parfois, le mal empire. Les colères ressemblent plutôt à de la toux. ‘Je crie ma frustration, mon impuissance face à ce qui se passe autour de moi’ et les microbes de mes ressentiments se répandent dans l’atmosphère.

Et si j’apprenais tout simplement à bien respirer ? A m’aimer et aimer la vie librement. A oser être moi-même, avec mes qualités et mes défauts, mes possibilités et mon impuissance, ma foi et mes doutes ?

Et si je permettais tout simplement aux autres d’être eux-mêmes et d’accepter ces différences dans la paix du cœur et de l’esprit ?7083036_s

Et si… dans un accès de lumière, je me souvenais tout simplement que nous sommes tous issus de la même source amour et des extensions différentes de cette source venus sur terre pour jouer le jeu des je ? Le jeu de l’incarnation et des échanges ?

Alors, le souffle divin alimenterait le souffle des échanges humains…

Ouf ! Je respire mieux d’un seul coup, et vous ?

Joéliah
Images : Copyright (c) 123RF Stock Photos

signature

Conseils pour une belle vie saine.

Respectez la vie, le cadeau de Dieu aux hommes.
Mettez toujours l’amour et la pureté de la lumière au premier plan.
Ayez des idéaux élevés et respectez-les.
Respirez lentement et profondément.
Mangez sainement dans le calme.
Bénissez votre nourriture et remerciez pour le pain quotidien.
Vivez intensément chaque instant présent.
Préparez votre futur en visualisant un bel avenir.
rayonsamourSemez de bonnes graines pour une récolte abondante.
Centrez-vous dans votre coeur avant d’entreprendre une activité importante.
Écoutez vos pensées intérieures et annulez vos pensées négatives.
Remerciez quotidiennement pour tout ce que vous avez.
Remerciez pour ce que vous n’avez pas encore et qui arrive.
Glorifiez le Créateur pour la beauté de la nature qui vous entoure.
Recueillez-vous et priez régulièrement.
Prononcez des phrases positives à haute voix.
Ouvrez-vous aux autres.
Aimez tout sans attendre de retour, l’amour agit comme un boomerang et vous reviendra multiplié.
Parlez avec réflexion, la parole est créatrice.
Partagez votre bonheur avec les autres.
Riez chaque jour.
Marchez dans la nature aussi souvent que possible.
Apprenez à bien vous connaître.
Développez vos qualités.
Surveillez vos défauts et transformez-les.
Offrez des cadeaux simplement par plaisir.
Respectez votre corps et aimez-le.
Pardonnez sincèrement et demandez pardon facilement.
N’entretenez pas de ressentiments.
Libérez vous des croyances limitatives.
Soyez grand dans votre humilité.
Ayez confiance en vous et dans les autres.
Écoutez votre ressenti et exprimez-le.
Soyez honnête avec vous et avec les autres.
Cultivez vos talents, exprimez votre créativité.
Remerciez avec le sourire.
Écoutez de la musique classique et relaxez-vous.
Pratiquez une technique d’éveil spirituel
Cultivez l’empathie, mettez-vous à la place des autres.
Soyez un modèle pour les enfants.
Réglez tous vos problèmes en y mettant de l’amour.
Demandez souvent l’aide des forces divines.
Dépassez toujours vos capacités.
Allez au bout de vos buts.
Souriez régulièrement.
Cherchez et trouvez la lumière qui est en vous, c’est la porte du Ciel.
Détachez-vous de la possessivité de la matière.
Soyez sûr que Dieu la vie peut tout vous donner.
Analysez votre vie et changez ce qui vous gène.
Réalisez une oeuvre artistique.
Réparez vos erreurs.
Acceptez vos responsabilités.
Ayez de la patience et persévérez.
Ayez la volonté d’accomplir vos désirs.
Purifiez-vous régulièrement.
Bénissez votre maison et tous vos objets.
Mettez toujours la vie et ses aides invisibles au premier plan de votre vie.
Confiez votre vie et votre coeur à votre Source divine
Accomplissez tout avec amour dans la lumière.
Joéliah

Image copyright (c) 123RF Stock Photos

signature

Rayonnez un amour fort.

Toujours d’actualité ! Message aux conscientiseurs de lumière : l’amour se doit de régner dans vos actions à tout moment. Vous êtes créées d’amour et ne pouvez être en bonne santé, morale, émotionnelle et physique que par l’amour.

Beaucoup de combattants pour la lumière ne sont pas encore assez des combattants de l’amour. Deux mots qui peuvent paraître contradictoires et qui pourtant sont indissociables.

17852156_sL’amour ne peut être distribué avec faiblesse.
Il doit être fort, vaillant, soutenu et inconditionnel. Il peut et doit être enrobé de douceur mais au cœur de l’action se trouve le coeur du combattant.

L’expression mièvre de l’amour ne peut changer le monde, il vous faut un amour fort.

Prenez conscience de la force de l’amour en vous, dans chacune de vos cellules, inondez-vous d’amour, puis, quand vous êtes remplis, en plénitude d’amour, alors et alors seulement vous pouvez et devez rayonner cette énergie tout autour de vous.

Dans toutes vos actions, si simples paraissent-elles, ajoutez une dose d’amour.

Le sourire, le respect et l’encouragement sont trois formes fortes d’expression d’amour. Une parole prononcée avec amour peut faire des miracles.

Soyez conscients dans tout ce que vous faites. Conscientisez la lumière. La lumière, c’est de l’amour en action. Vivez le moment présent et remplissez le de la plus belle puissance d’amour que vous trouvez dans votre cœur. Ainsi, vous aiderez la terre à passer à son rayonnement supérieur.

Puisse l’amour être dans votre vie à tous moments.

Du chœur angélique reçu par Joéliah le 16 décembre 2002.

signature