La leçon de la tomate.

Début juillet, j’ai acheté deux tomates bien rouges, bien identiques dans un supermarché – dommage, il n’y en avait pas de bio. Elles faisaient envie de l’extérieur et il faisait bien chaud …

J’en ai coupé une pour agrémenter une salade. Son cœur était très clair, peu appétissant et elle n’avait aucun goût. J’ai laissé l’autre au réfrigérateur.

Le soleil aidant, les plants de tomates du jardin ont poussé et donné de magnifiques tomates, chacune différentes, bien gouteuses, parfois biscornues. Leur saveur est super. La plus grosse ‘cœur de bœuf’ pèse 680g et la plus petite cerise 18g.

Joéliah tomatesPas d’engrais, simplement une bonne terre alimentée avec le compost de l’année précédente et beaucoup d’amour. Nous en mangeons tous les jours en salade depuis un mois, c’est un vrai plaisir.

Il faut dire que si elles restent quelques jours trop mûres, elles commencent à flétrir et à pourrir, la vie continue… alors autant les manger bien juteuses.

Hier, j’ai retrouvé en bas du réfrigérateur ‘la’ tomate du supermarché. Elle était toujours fidèle a elle-même. Un mois et demi après, elle n’avait pas pris une ride ! Seul un petit point semblait avoir bougé sur sa peau.

Je l’ai coupée pour vérifier… le centre était exactement pareil que sa sœur jumelle 45 jours plus tôt… très clair et sans aucun goût. Elle a terminé sur le compost si elle arrive à se décomposer… avec mes remerciements pour cette leçon.

Imaginez combien de conservateurs il faut pour arriver à cet exploit et ce que l’industrie fait avaler à des millions d’humains chaque jour. Ce n’est plus une tomate mais un amas de produits chimiques ayant l’aspect brillant d’une tomate.

Et idem pour de nombreux légumes et fruits industriels.

Il est vraiment temps de revenir a une alimentation vivante, riche, biologique ou traditionnelle sage et consciente.

Ne nous étonnons pas s’il y a de plus en plus de maladies, de fatigue chronique et de manque de vitamines constant chez l’humain se nourrissant traditionnellement.

La conscience et l’amour de soi et de la vie, c’est de privilégier ce qui peut nous aider à être en santé et à respecter la nature authentique. Cela fait partie de la mise en pratique rayonnante de la volonté d’être actif pour une vie meilleure,  de la sagesse d’analyser nos actions, de l’amour de l’authenticité et du respect, de la joie de manger du bon, de la foi qu’il y a des solutions pour tous tels les marchés paysans ou les éco-magasins, du partage de ses connaissances et de la ferme intention d’être acteur positif de la vie.

Cela demande du courage, de l’intention et des actions différentes. De stopper de manger des fruits même bio qui arrivent de l’autre côté de la terre et de privilégier le local et les petits producteurs.

Chacun peut trouver des prétextes ou des excuses pour continuer à manger ces pseudos légumes et fruits chimiques, c’est certainement mieux que de mourir de faim. Cependant, nous sommes dans une société qui offre de nombreuses solutions et chacun de nous peut faire la différence.

Nous avons un rôle important à jouer pour développer une nourriture plus saine, pour le bien de tous.

Que le meilleur soit  pour une hUmaNITE  libre et rayonnante !

Joéliah – happycultrice d’âme.
j0el1ah-lejardindejoeliah.pf4.wpserveur.net

*****************************

https://lejardindejoeliah.com/activites-joeliah/

signature