L’après perte d’un être aimé.

Comment rester paisible et ne pas souffrir lorsque l’on perd un être cher
(y compris animal ou même un simple fait – objet, travail…) ?

Suite au départ imprévu de ma chienne Lola (article ici) et ayant l’habitude d’analyser ce qui se passe en moi, dans mon corps et mes pensée, j’ai observé comment pouvait se manifester la souffrance, dès lors que l’on sort de l’instant présent.

J’étais tranquillement en paix en train de vaquer à mes occupations, quelques jours après son départ,
lorsque d’un coup, je vois un objet lui ayant appartenu.
Instantanément, je suis repartie dans le passé en l’associant spontanément et aussitôt, une grosse bouffée de regret de ne plus la voir est montée et les larmes avec.
J’allais tomber dans la complainte lorsque j’ai ressenti que mon corps ne semblait plus soutenu.
Ma tête regardant le sol, les épaules affaissées, la bouche tirée vers le bas, les poumons oppressés.

Je me suis alors redressée, j’ai pris une grande respiration et je suis revenue au moment présent.
Je lui ai souri et envoyé plein d’amour là où elle vit maintenant, sous une forme ou une autre,
et j’ai fait encore quelques grandes respirations et ai continué mes occupations en pensant à quelque chose de sympathique.

J’ai aussi cherché les points positifs de ce départ.
Elle ne souffre plus, on peut laisser le portail ouvert sans qu’elle risque d’aller sur la route, j’ai pu aller plus loin en ballade à vélo puisqu’elle ne me suivait plus et que je devais m’arrêter pour la laisser souffler, elle ne s’ennuie plus lorsque l’on part plus longtemps…
Il est toujours important de relever le taux vibratoire par des aspects positifs.

C’est l’attachement à la souffrance qui fait souffrir.

Certes il est normal au début de sortir sa peine et son désespoir ou son impuissance à n’avoir rien pu faire de mieux, en pleurant, criant, traitant le ciel de tous les noms d’oiseaux si besoin devant ce qui peut être une injustice afin de libérer la poche de souffrance.
Cela pleut durer quelques jours voir quelques semaines selon l’attachement, simplement, ça sert à rien de la garder, de s’en vouloir et de culpabiliser, ou d’en vouloir à d’autres et il est nécessaire de passer à autre chose et surtout, de penser à ceux qui restent.

Cela évite de s’empoisonner le sang et donc l’âme, de se créer des maladies physiques et des conséquences parfois dramatiques.

Beaucoup de personnes s’arrêtent à un malheur de leur vie et s’interdisent tout bonheur par la suite, (parfois un licenciement, une faillite, une perte de compétition ou autre)
Elles oublient ceux qui restent, qui en souffrent encore plus… elles se morfondent dans le passé et n’ont aucun objectif pour le futur.

Si vous êtes dans ce cas, ouvrez vraiment les yeux sur ce que vous engendrez comme nouvelle souffrance chaque jour et revenez à l’essentiel. Autorisez-vous à vivre avec le beau souvenir de ce que vous avez pu vivre avec ce ou ces êtres, ou même ces faits.

Souhaitez-lui ou leur le meilleur et à vous aussi, et à vos proches. Choisissez de vivre même différemment s’il le faut.

Il y a des départs plus difficiles que d’autres, c’est un fait et la souffrance est plus ou moins grande
selon les faits, aussi, si c’est vraiment très violent, libérez souffle par souffle, revenez à l’instant présent,
et ainsi les aller-retour de votre mental du passé au présent et du présent au futur seront de plus en plus courts
jusqu’à ce que vous atteignez le  point zéro et le centrage dans le cœur.

Et si ça  peut vous rassurer, sachez que les âmes qui le désirent se retrouvent toujours sous la forme la plus belle de leur souvenir.
Et que les faits difficiles peuvent être des tremplins de réussite et de profonde transformation par la suite, qui ont été justement, propulsés par ce changement parfois inattendu.

Que le meilleur soit !

Joéliah

Image : https://fr.123rf.com/profile_bedolaga

signature

Pour connaître et exercer mes droits, notamment pour annuler mon consentement, je consulte la politique de vie privée en cliquant ici

Inscrivez-vous gratuitement à l'infolettre de Joéliah et recevez un audio en cadeau.

Chaque semaine, une lettre qui fait du bien à l'âme.

7 réponses
  1. Myriam Melly
    Myriam Melly dit :

    Merci Joéliah pour tous ces magnifiques conseils que je vais faire circuler autour de moi… j’espère qu’ils aideront certains à vivre mieux… dans L’ICI et LE MAINTENANT !!! Personnellement, je suis absolument certaine du bien-fondé de ce que vous dites ici… l’expérimentant moi-même à chaque instant… après bien des années où… en courant après le Bonheur… je n’étais jamais devant. Je souhaite à tout un chacun d’appréhender la vie comme elle vient à chaque seconde… comme je me suis habituée (très facilement !!!) à le vivre depuis maintenant plus d’un an… Myriam Femme Lumière, sans masque et sans armure, sans attente et sans peur aucune, depuis Genève… et partout où va le vent…

    Répondre
    • Joéliah
      Joéliah dit :

      Bravo Myriam, c’est vrai qu’en vivant l’instant présent, tout est paisible si on le décide. C’est juste magique et essentiel. Bon vent !

      Répondre
  2. Nicole
    Nicole dit :

    Merci de tout coeur Joéliah, ce message est très porteur du meilleur pour chacun de nous et moi-même travaillant dans un cimetière, chaque jour j’aide les personnes qui viennent me trouver à penser autrement que de rester dans leurs souvenirs douloureux.
    La vie continue et je leur dis toujours que de vivre dans le présent et voir la beauté autour d’eux, non seulement les aides, mais apporte aussi beaucoup aux personnes qui sont parties. Bien à vous chère Joéliah et merci pour tout.
    Nicole

    Répondre
  3. Veronique
    Veronique dit :

    Je suis réveillée depuis 5h …. difícil de retrouver le sommeil…. j’essaye d’être positive et de vivre le moment présent …. mais comment faire lorsque un vide froid te traverse le cœur …. besoin de temps et de m’entourer de belles choses…. la fenêtre est ouverte et j’entends le vent dans les arbres et les oiseaux commencent à gazouiller. On dirait que le vent veut me parler… et emmener ma peine loin. J’aime ce son, celui du vent dans le feuillage des arbres…. c’est beau. Ma petite maman est décédée le 8 mars dernier et elle me manque terriblement….j’ai même parfois l’impression que je vis un mauvais rêve et que je ne suis pas dans la réalité…. où qu’elle soit je lui envoie tout mon amour…

    Répondre
    • Joéliah
      Joéliah dit :

      Toute ma compassion Véronique. La perte d’un être cher est difficile et doit se vivre. Une maman ou un papa aimant reste toujours dans le cœur. Le temps apaisera la peine au fur et à mesure qu’il sera occupé à vivre différemment, pas le souvenir. C’est normal de vivre la séparation proche avec souffrance, des pleurs et parfois d’exprimer sa colère d’impuissance face à l’inéluctable.
      Parallèlement, c’est bon de prendre conscience de ne pas s’attacher à la souffrance, juste au meilleur possible sur l’instant présent. Le but n’est pas d’oublier, juste de vivre avec la personne aimée qui est sur un autre plan, et les deux en paix. Tendresse et consolation. Joéliah

      Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pour connaître et exercer mes droits, notamment pour annuler mon consentement, je consulte la politique de vie privée en cliquant ici

Inscrivez-vous gratuitement à l'infolettre de Joéliah et recevez un audio en cadeau.

Chaque semaine, une lettre
qui fait du bien à l'âme.

error: Contenu protégé
leo. elit. vulputate, tempus ut ut suscipit mattis vel,