Durant des années d’enseignement spirituel, j’ai rencontré des centaines de personnes désirant vraiment s’élever, rayonner librement, être en harmonie Terre-Ciel et dans leur cœur et retrouver leur vraie nature.
Des personnes prêtes à modifier en elles ce qui les bloquent, à œuvrer pour leur ascension, à libérer leurs peurs ou leurs émotions lourdes, à pardonner et se pardonner, à modifier leurs pensées pour les orienter vers la paix et le respect, et beaucoup l’ont fait avec courage.
En effet, il est nécessaire d’œuvrer, chaque jour, à l’affinement de ses pensées, à la libération des blocages du passé et des croyances limitatives, à monter son taux vibratoire et à améliorer ses capacités pour s’élever et reconnecter avec sa vraie nature d’Esprit, sa pleine Présence.
Tout cela demande du courage, de la persévérance, de la volonté et une foi infaillible sur ces capacités.
Cette force primordiale qui permet de chasser les nuages de nos peurs, des doutes, de la procrastination et d’agir.
En deux, il est bon d’activer l’illumination de la conscience pour orienter ses actions avec sagesse, régulièrement, sans perdre d’énergie. C’est cette puissance qui permet à la lumière de venir éclairer nos actions.
Par exemple, cette énergie nous fait prendre conscience qu’il vaut mieux suivre une seule voie et s’y tenir, voire deux ou trois qui sont réellement complémentaires, que de s’éparpiller dans de multiples choix, de niveaux vibratoires très différents qui ne font qu’emmêler les possibilités et fatiguer rapidement.
Il y a une grande différence entre monter 20 échelons sur une échelle, qu’un seul sur 20 échelles différentes !
J’ai connu aussi des personnes complètement déboussolées, pas incarnées, ‘flottantes’ en activant juste les chakras supérieurs en oubliant l’incarnation et l’enracinement si important.
Elles rejettent la matière alors qu’elles ont choisi de la connaitre et de la sublimer.
Il y a aussi celles qui soumettent entièrement leur vie à un gourou et qui, du jour au lendemain, changent leur vie, coupent avec leur famille, parfois leurs enfants pour suivre leur nouveau dieu, sans compter les fausses flammes jumelles qui font tant de dégâts.
Je pense aussi aux nombreux ‘touristes spirituels’ qui participent régulièrement à des stages de natures complètement différentes pour trouver la bonne voie et n’en suivent aucune à fond, la suivante étant toujours tellement mieux.
Beaucoup de personnes se font aussi initier à distance à de multiples énergies sans connaître l’initiateur en réel (il suffit de payer, de se mettre en état de recevoir à une heure fixe après avoir lu un document…) en pensant que cela va changer leur vie. Elles attendent que la magie opère et même peuvent devenir initiatrices à leur tour !
Une initiation ne peut être active positivement que si le maitre est un vrai spécialiste qui a approfondi ses connaissances, qui pratique réellement pour connaitre les qualités et défauts de ce qu’il a appris, qui connait directement ses initiés et vérifie leurs capacités à recevoir à leur tour.
L’initiation responsabilise profondément et unit un être à une énergie.
Pour avoir initier des personnes à l’énergie Reiki, je sais combien c’est important et de savoir aussi dire Non quand la personne n’est pas prête ou trop perturbée énergétiquement.
Savoir gérer une montée de kundalini par exemple peut servir.
L’élévation ne se fait pas dans un ascenseur extérieur mais de l’intérieur et petit à petit, régulièrement.
C’est un travail personnel régulier profond qui fait toute la différence.
Ce n’est pas un guide, un maitre ou un ange qui vient faire le travail à notre place, même s’ils peuvent aider en encourageant ou apportant une aide temporaire.
Nous ne sommes pas des assistés spirituels mais des êtres complets qui ont juste besoin de raviver l’union cosmique.
C’est l’envie profonde d’être maitre de sa vie, l’amour de cette vie, le respect et la joie, la paix et l’audace d’être qui nourrissent ces actions.
Nul ne peut faire le travail à notre place.
Dans une société ou tout est facile, achetable avec plaisir immédiat, se donner la chance de prendre son temps pour élever ses fréquences et vivre en harmonie avec la Vie sous toutes ses formes, est un cadeau inestimable.
Le chemin vers la lumière est en soi.
1er conseil pour éviter les conflits et favoriser l’entente.
Être diplomate, apprendre à éviter les sujets « épineux » dans les conversations (ou même dans les messages) et respecter les autres.
Face à certaines personnes, il est dangereux d’aborder des thèmes tels que la politique, les liens familiaux, l’argent, la société, la religion, le travail, les méthodes de soins…
Toute différence de points de vue étant considérée comme une agression, il mieux vaut n’aborder que des sujets sans risques. Renseignez-vous sur leurs loisirs, activités, goûts, sorties, amis et parlez de ce qu’ils aiment et écoutez sincèrement en vous focalisant sur leur joie.
Parlez de voyages, de spectacles, ravivez des souvenirs heureux.
Tout ce qui peut construire une bonne conversation.
En les valorisant, vous vous valorisez et vous pouvez ainsi trouver des sujets d’entente.
Si une personne entame un sujet épineux, soyez le plus neutre possible et détournez rapidement la conversation en abordant un sujet qui les intéresse ou vous lever en prétextant un besoin physiologique urgent.
Sinon, vous pouvez dire : je respecte ton/votre choix et comme j’ai envie qu’on reste amis, je préfère parler d’autre chose.
Soyez honnête et restez centré sur la vision de l’entente.
N’entamez pas non plus de sujet qui fâche, apprenez à vous écouter avant de parler et de réfléchir : ‘est-ce que ça vaut le coup de dire cela ?’ Et si non, taisez vous !
Ne faites pas non plus de prosélytisme, ne tentez pas de convaincre selon vos idées.
Chacun ses choix d’opinions.
Respirez lentement pour oxygéner votre esprit et garder votre calme.
Intérieurement, vous pouvez imaginer une bulle dorée de paix qui vous enveloppe et remercier.
Réjouissez-vous de ce moment de paix et de partage, avec sincérité.
Et gardez vos opinions pour parler avec vos amis ou des personnes de même orientations de choix.
Aimez et souhaitez-leur le meilleur et à vous aussi !
Joéliah
Si vous êtes en amour avec une personne et que cette personne veut se séparer de vous-même, posez-vous la question de savoir ce qui, en vous, a entraîné cela.
 
Non pas quelle est sa faute ou sa responsabilité, mais aussi la vôtre car il y a automatiquement un désaccord mutuel qui s’est fait.
Et ce désaccord ne s’est pas fait en une seconde.
Un désaccord se crée sur une durée de temps.
Chaque partenaire est responsable à 100% de sa partie.
 
Si vous êtes vigilants, alors vous pouvez vous apercevoir qu’il y a un désaccord si se met en place, alors rectifiez, corrigez, parlez, échangez et sachez ce que vous voulez vraiment vivre, ce qui nourrit votre cœur.
 
Mais si vous ne pouvez plus aller au-delà du choix de l’autre, alors vous pouvez souffrir toute votre vie.
Vous pouvez vous accrocher à l’espoir que l’autre revienne pour revivre la même vie ou qu’il ou elle change, mais c’est un leurre, car sa fréquence a changé et la votre aussi.
 
Alors vous pouvez souffrir, pleurer, vous morfondre dans votre histoire pendant longtemps, mais heureusement, vous pouvez aussi accepter cette nouvelle situation.
 
Vous pouvez, privilégier de vous aimer, de choisir de vivre différemment, une nouvelle vie beaucoup plus agréable, et là, vous vous vous apportez du bien, parce que vous demandez et attirez que le meilleur arrive dans votre histoire.
Le monde est rempli de séparations, de divorces, de personnes qui s’entendent, qui se disputent, qui se remettent, qui se détestent, qui s’aiment, se combattent…
Il y a des jeux de rôles d’union et d’amour très importants sur la Terre.
 
Si vous voulez la paix, réfléchissez.
Vous, avec vous-même, comment vous sentez-vous ?
Est ce que vous êtes un bon conjoint pour vous-même ?
Est ce que vous avez fait votre mariage intérieur de la partie masculine et féminine ?
Comment jugez-vous les hommes et les femmes ?
Est ce que vous êtes pleinement aimants et satisfaits de qui vous êtes ?
Est ce que vous êtes prêts à vivre une belle histoire d’amour avec vous-même ?
 
Voilà la question à vous poser. Les questions à vous poser !
 
Si vous ne pouvez pas vous supporter, si vous ne vous aimez pas, comment voulez-vous que l’autre vous supporte, comment voulez-vous que l’autre vous aime ?
 
Si vous êtes en colère ou en rejet de la gente masculine ou féminine, comment voulez-vous attirer d’amour pur un être la représentant ?
 
L’autre est le reflet de vos propres pensées, de vos propres émissions de pensées et croyances.
 
Soyez intègres avec vous-même.
Comment voulez-vous que votre vie soit pure si vous n’êtes pas purs à l’intérieur ?
Si vous trichez avec vous, comment voulez- vous ne pas attirer de trahisons ?
 
Comprenez-vous ? Vous émettez, vous recevez en fonction de la vibration émise, de vos peurs ou de votre confiance, de votre droiture ou de votre fourbure.
 
Aimez-vous en tant qu’Êtres divins et vous attirerez un amour divin en retour.
Vous pouvez devenir souverain-e de votre vie amoureuse en fonction de l’amour et du respect que vous vous portez, et de l’autorisation d’amour que vous vous octroyez.
 
L’amour est toujours présent.
 
Reçu par Joéliah
Quand les chiens jouent au bâton, à la balle ou au ballon, ils veulent souvent retrouver encore et encore la joie qu’ils éprouvent à courir après.
Pour certains, cela peut se répéter 15, 20 ou 30 fois avec le même entrain.
Je me souviens de Pelote, ma petite bichon qui courait après mes cailloux imaginaires… elle était si heureuse quand elle me voyait lancer qu’elle partait sans vérifier si j’en avais un ou pas dans la main.
 
Par contre, certains chiens s’accrochent à la balle, veulent la garder et ne comprennent pas que pour continuer à trouver le plaisir de la rattraper, ils doivent lâcher prise.
 
Ils gardent précieusement le trophée tout en voulant le même plaisir. Mais ce plaisir s’arrête, ils sont frustrés et râlent et ne comprennent pas que leur maître abandonne le jeu.
 
Pour les humains c’est la même chose ; en désirant voir durer une expérience, ils peuvent s’y accrocher tellement qu’ils bloquent la venue de ce qu’ils désirent.
Par peur de perdre, ils se refusent de passer à autre chose.
Ils entravent la loi de circulation, le cycle du donner et recevoir.
 
Et pourtant, lâcher prise et s’en remettre à l’Esprit tout en ayant confiance de vivre une belle nouvelle expérience, c’est accepter de nouveaux faits qui peuvent apporter encore plus de plaisirs différents.
 
Alors si vous voulez que la vie vous apporte la prospérité dans l’ordre parfait, laissez le divin agir de la meilleure manière possible. Restez juste dans la joie du recevoir, et faites circuler librement.
 
Joéliah
Le don de la Lumière vous a été accordé : commandez-lui au nom de Dieu et elle vous obéira avec diligence en consumant tout ce qui lui est contraire.
 
Tout ce qui lui est inférieur, dans sa compréhension, sera annihilé, transformé puis transmuté en une octave de Lumière supérieure.
 
C’est dans cette annihilation et dans cette transmutation que toute la gloire de la Lumière se manifeste.
C’est pourquoi il vous faut ordonner à la Lumière de dissiper ces nuées de ténèbres qui l’empêchent de se manifester dans toute sa gloire et d’illuminer toute chose.
 
Commandez à la Lumière de manifester sa Toute Puissance et voyez-la, en votre âme, comme la légion de Dieu : invisible, invincible, invulnérable.
 
Voyez cette légion fondre sur le lieu que vous lui avez ordonné de purifier, sous la bannière de votre Lumière, annihilant tout ce qui lui est inférieur.
Voyez-la s’avancer dans sa Toute-Puissance victorieuse.
Elle est l’invincible conquérante par laquelle les ténèbres seront défaites.
Voyez-la s’avancer telle une multitude joyeuse se réjouissant d’une victoire assurée.
 
La Lumière divine jaillissant du pur Esprit est une arme toute-puissante. Elle dépasse et surpasse toute chose : elle est l’Ultime Pouvoir.
 
Artisans de lumière, dans vos méditations, contemplez la Lumière et faites-la rayonner sur la Terre entière.
 
Que son faisceau pénètre aussi la profondeur de ses entrailles car il vous faut considérer votre planète comme un « être vivant ».
 
Sachez reconnaître en elle un microcosme et découvrez le lien qui l’unit au macrocosme !
Elle est, tout comme l’homme, un univers en soi.
Sachez reconnaître la vie qui est en la Lumière et rendez-lui grâce de vous voir, de toute éternité, baignés dans sa clarté !
 
Contemplez le globe terrestre comme un globe de Lumière !
Que sa Lumière rayonne jusque dans la haute atmosphère et, ce faisant, la purifie.
Car l’atmosphère aussi est un être vivant !
Rayonnez la Lumière et ne doutez point de sa force !
Rayonnez la Lumière en pleine conscience de son pouvoir et sachez reconnaître en vous la Source qui émet cette Lumière !
Quelle que soit la manière dont la Source qui est en vous apparaît, immense ou minuscule, sachez que son pouvoir et sa force sont infinis !
Ressentez et reconnaissez cette force et ce pouvoir qui sont en vous !
Ce sont la force et le pouvoir que Dieu vous a accordés et que jamais Il ne vous retirera.
Sachez qu’en rayonnant cette force, que vous puissiez ou non en reconnaître les signes extérieurs, vous accomplissez votre part de l’œuvre.
 
(Extrait de : Marcher dans la lumière – canalisé par Anna May Cottrell et Nancy H. Wikingstad)
 
Auteur image inconnu, merci.
… C’est la faute du temps, du bébé qui pleure la nuit, du club de foot qui a perdu, du gouvernement, des prix qui augmentent…
Il est si facile de se plaindre et d’accuser l’extérieur de nous rendre de mauvaise humeur.
 
Pourtant, il y a un moyen de se sentir en paix : celui de rester aligné à sa Présence supérieure, à sa lumière source et à la joie de vivre.
 
Quoi qu’il arrive, il est toujours possible de choisir une voie plus lumineuse, plus sympathique, même au milieu du chaos.
 
C’est une grâce de s’engager à vivre heureux ou du moins en paix et serein.
 
Il est possible de se relier aux puissances supérieures de l’esprit et de mettre ses choix au service de la lumière et du respect de la vie.
 
Nos pensées et émotions font une grande différence dans notre vie.
 
Se responsabiliser pour développer son autonomie, tenir le cap, garder le moral et se relier aux puissances supérieures (ou à son intelligence supérieure) est un vrai travail de disciple de l’Esprit.
 
L’habitude de prier et de méditer régulièrement est un secret.
 
Remercier, rendre grâce et honorer la vie, en est un autre important.
 
Nul ne peut faire pour nous, ce que nous devons faire pour évoluer.
 
Le sourire spontané est générateur d’attraction, tout comme siffloter ou chantonner ; ceci créée une attraction dynamique, et l’univers conspire alors à nous aider pour la suite de la meilleure façon possible.
 
Joéliah
Merci à l’auteur-e inconnu de cette image si parlante.
En créant intentionnellement et dans la foi, le futur que vous désirez vivre dès cet instant présent, et en maintenant cette vision, vous créez votre futur de demain.
 
Le moment présent n’est qu’une succession d’instants présents et votre foi et vos croyances créées votre chemin de vie et font des différences.
En vous projetant déjà un état de joie, de liberté et de souveraineté, vous manifestez automatiquement cette joie, cette liberté et votre souveraineté.
 
Même si certaines personnes influentes sur le monde projettent un futur de vie restrictif pour une grande partie de l’humanité, vous avez le pouvoir, si vous coopérez en intentions, de modifier cet état de fait par la puissance de votre esprit, dès cet instant présent.
 
La vie sur Terre est telle que les humains la conçoivent dans leur ensemble de pensées et d’actions.
Concevez une autre Terre avec une vie plus respectueuse et elle sera beaucoup plus lumineuse.
Tout est en vous et n’oubliez pas : 1+1+1= beaucoup.
Plus vous nombreux à créer une nouvelle Terre rayonnante, plus elle le deviendra.
 
Avancez en confiance sur votre chemin de Lumière !
 
Souvenez-vous ; vos choix se font en cet instant présent.
Ne projetez pas sur les autres.
Les autres ne sont que des modèles, des miroirs de qui vous êtes.
 
L’autre : c’est vous.
Si vous donnez plus d’importance aux autres, vous vous devez d’être moins importants.
Si vous vous croyez plus importants que l’autre alors vous réduisez la valeur des autres.
Si vous vous respectez à la valeur de qui vous êtes, et que vous respectez l’autre à sa valeur, et que vous respectez tous les êtres vivants comme importants, alors vous entrez dans un état de grâce.
 
Entrez dans l’infinitude de toutes les possibilités du champ quantique où tout est à votre disposition et où vous avez grandement, grandement votre place pour rayonner votre vie.
 
Puisse l’Amour et l’Infinitude se révéler dans votre vie à tout moment et saluer la manifestation du royaume en vous et autour de vous.
 
Vous êtes la lumière source incarnée.
 
Reçu par Joéliah
Lorsque vous êtes venus sur cette Terre pour vivre ces temps, votre âme savait : vous saviez qu’il allait y avoir de grandes transformations.
 
Vous faites partie de ceux qui vont connaître les deux mondes :
un monde perturbant et difficile à comprendre encore axé sur la dualité et un monde paisible axé sur l’unité.
 
Et dans cette unité retrouvée, vous allez réellement pouvoir exprimer le meilleur de vous-même, et ceci en joie, ceci en chantant, en dansant, en vivant « Vive la vie, oui ! ».
 
Vous avez le droit parce que vous êtes la Vie.
 
Vous avez choisi de vivre sur cette Terre pour comprendre les différences que procurent les choix des émotions et pour connaître la sensation et la reconnaissance des vibrations de joie.
 
Lorsque votre âme goûte la sensation de paix, de sérénité, de joie intense, d’amour pur, d’enthousiasme ou de satisfaction, elle n’a que le désir d’y rester. C’est un souvenir du paradis originel, de la source de lumière et ce à quoi elle tend de revenir.
 
Il est certain qu’il est difficile de vivre pleinement ce moment lorsque vous, ou autour de vous, vivez de la souffrance, des deuils, des grosses souffrances, des difficultés dans le travail, dans les familles, avec les contraintes des choix de la société, ou simplement pour Être.
 
Toute cette transformation est perturbante pour celles et ceux qui ne sont pas alignés en leur cœur, à l’amour et la vérité de la Vie.
Comprenez que tout à une raison d’être et que chaque choix fait de vraies différences dans votre vie et celle des autres.
 
Vivez le plus en alignement avec ce qui est sain, ce qui est respectueux envers la nature, envers toutes vies.
Refusez ce que votre âme refuse.
Vous pouvez le sentir si vous écoutez votre corps.
Soyez à l’écoute des sensations intérieures et de vos intuitions.
 
Restez intègres à votre éthique et adaptez-vous toujours avec justesse, équilibre et amour de la vie.
 
En ces temps perturbés, la porte du paradis intérieur s’ouvre.
 
La nouvelle Terre est une terre de paradis où le lion se couchera à côté de l’agneau.
Un temps où vous aurez guéri toutes vos blessures, libérées vos mémoires de souffrances et pourrez considérer toute personne avec respect, comprenant que vous êtes UN avec tout ce qui est.
 
Plus de karma, fini les incompréhensions, fini l’injustice des faits. Vous comprendrez votre responsabilité dans l’instant présent et pourrez faire des choix rapides en toutes connaissance de leurs possibilités d’actions.
 
C’est un temps où vous allez vous réconcilier avec les membres de votre famille avec lesquels vous avez des différends et comprendre que vos âmes se sont choisies pour vivre la paix, la joie et l’entraide.
 
Vous comprendrez enfin que rien de ce que vous avez vécu ne pouvait en être autrement.
 
Tout est juste, tout est élévation, tout est expression d’amour sous une forme ou une autre.
Libérez et choisissez ce qui vous élève.
L’univers entier évolue à tout moment.
 
Ce qui est important à cet instant précis, c’est que vous puissiez vivre en paix dans le respect de qui vous êtes.
La joie du paradis vivant se trouve à l’intérieur.
 
Vous êtes bénis.
****
Reçu par Joéliah
D’autres textes ici :
On se persuade souvent soi-même que la vie sera meilleure, après avoir fini et réussi ses études, après s’être marié, après avoir eu un enfant, puis un autre.
Plus tard, on se sent frustré(e) parce que notre carrière n’avance pas comme on le voudrait, parce que nos chefs ne nous reconnaissent pas autant qu’on le mérite, parce que nos enfants ne sont pas encore assez grands et on pense que l’on sera mieux quand ils le seront.
Puis on se frustre parce qu’ils sont adolescents et que c’est une étape difficile à vivre, on est alors convaincu(e) que l’on sera plus heureux-se quand ils auront passé cette étape.
On se dit que notre vie sera complète, quand les choses iront mieux pour notre conjoint(e), quand on possédera une meilleure voiture ou une plus grande maison, quand on pourra aller en vacances, quand on sera à la retraite.
La vérité est qu’il n’y a pas de meilleur moment pour être heureux-se que le moment présent.
Si ce n’est pas maintenant, quand ?
Ta vie sera toujours pleine de défis à atteindre et de projets à terminer.
Il est préférable de l’admettre et de décider d’être heureux de toute façon.
“Pendant longtemps, j’ai pensé que ma vie allait enfin commencer.
La Vraie Vie ! Mais il y avait toujours un obstacle sur le chemin, quelque chose qu’il fallait résoudre en premier, un temps à passer, une dette à payer. Alors, la vie allait commencer ! Jusqu’à ce que je me rende compte que ces obstacles étaient justement LA VIE ! Cette perspective m’a aidé à comprendre qu’il n’y a pas un chemin qui mène au Bonheur. Le Bonheur est le chemin”
Ainsi, vis chaque instant, sois présent à ce que tu vis, dis-toi que chaque moment est bon à vivre quel qu’il soit, n’attends pas un hypothétique bonheur.
Le Bonheur est là, maintenant !
Arrête d’attendre de terminer l’école, qu’on augmente ton salaire, de perdre 5, 10 kg, de te marier, d’avoir des enfants, qu’ils partent de la maison, qu’ils reviennent à la maison.
Arrête d’attendre le printemps, l’été, l’automne ou l’hiver ou tout simplement le vendredi soir, le dimanche matin ou de mourir pour décider qu’il n’y a pas de meilleur moment pour être heureux(se).
Le Bonheur est une trajectoire et non une destination.
Alors, étudie comme s’il n’y avait pas d’examen,
travaille comme si tu n’avais pas besoin d’argent,
fais comme si c’était déjà réussi,
aime comme si tu n’avais jamais souffert,
danse comme si personne ne te regardait.
****
Il n’en faut que si peu pour être heureux.
Il suffit juste d’apprécier chaque petit moment et de le sacrer comme l’un des meilleurs moments de sa vie :
* Rire jusqu’à en avoir mal au ventre, ou des crampes aux mâchoires
* Trouver une adresse d’un(e) ami(e)
* Tomber amoureux
* Regarder des paysages magnifiques en terre inconnue
* Se coucher dans son lit en écoutant la pluie tomber dehors
* Sortir de la douche et s’essuyer avec une serviette qui sent bon
* Réussir son but
* Avoir une conversation intéressante
* Retrouver de l’argent dans un pantalon que l’on n’a pas porté depuis des lustres ou dans une enveloppe surprise
* Rire de soi-même
* Rire sans raison particulière
* Entendre accidentellement quelqu’un dire quelque chose de bien sur soi
* Se réveiller en pleine nuit en se rendant compte que l’on peut encore dormir quelques heures
* Écouter une chanson qui nous donne la chair de poule
* Se faire de nouveaux amis
* Voir heureux les gens que l’on aime
* Faire plaisir aux autres sans qu’ils sachent que c’était soi
* Rendre visite à un vieil ami et se rendre compte que les choses n’ont pas changé entre vous
* Admirer un coucher de soleil ou un lever de soleil
* Contempler la lune et le ciel étoilé, et voir glisser une étoile filante
* Te faire tranquillement masser le dos et s’endormir paisiblement
* Sentir un vent doux nous caresser les cheveux et la joue
* Entendre dire que l’on nous aime et vivre paisiblement tous les petits moments qui nous réchauffent le cœur et l’âme
* Donner sans attendre quelque chose en retour – donner du fond de cœur avec amour inconditionnel
* Se donner à soi-même
* Rêver ardemment – les yeux ouverts – songer à ce qu’on désire, à ses rêves et faire comme s’ils étaient déjà réalisés.
* Être en Silence, paix et harmonie
* Sentir l’énergie de vie en soi-même et dans tous les êtres vivants, dans toutes les choses…
Rends heureux chaque instant et il sera de grande valeur.
Partage-le avec une personne de choix et il deviendra encore plus précieux.
Le bonheur est un « enfant » de l’amour et seulement les véritables valeurs nous accompagnent dans l’éternité…
Il était une fois un père qui était très frustré à cause de son fils qui ne semblait pas être très viril malgré ses seize ans.
Le père alla voir un Maître Zen et lui demanda d’aider son fils à devenir un homme, un vrai.
Le maître lui dit :
« Je peux vous aider. Par contre, votre fils devra vous quitter pour venir chez moi pendant trois mois. Pendant tout ce temps-là, vous ne serez pas autorisé à le voir. Je vous assure entière satisfaction après ces trois mois. »
Comme promis, le père ne revint donc que trois mois plus tard.
Le maître organisa un Kumité (combat de karaté) pour que le père puisse voir les résultats de l’entraînement de son fils.
Quand démarra le combat, le père découvrit que l’adversaire de son fils était en fait un entraîneur.
L’entraîneur s’était bien sûr assuré d’être parfaitement bien préparé pour gagner avant même qu’il ne commence à attaquer.
De l’autre côté, le fils tombait aussitôt après qu’il eut été attaqué, sans aucune résistance.
Cependant, le garçon n’abandonnait pas et se relevait immédiatement après sa chute.
Cela ne continua ainsi pas moins d’une vingtaine de fois.
Son père fut embarrassé et eut de la peine pour lui, mais n’osa rien dire.
Le garçon perdit lamentablement, à la fin le combat.
Le maître demanda au père :
« Ne pensez-vous pas que votre fils a montré de la virilité ? »
« J’ai eu honte de lui ! Après trois mois d’entraînements, quel genre de résultat est-ce ?! Il était si faible et tombait aussitôt qu’il était attaqué. Je ne pense pas du tout qu’il soit viril. »
Le père était très déçu.
Le maître dit au père : « Je suis désolé que vous ne regardiez l’échec et la réussite que sous leurs formes superficielles.
N’avez-vous pas remarqué que votre fils avait du courage et de la bravoure pour se relever après toutes ses chutes ?
C’est une réussite si on se relève autant de fois qu’on chute, c’est là la qualité d’un homme, un vrai. »
Le père eut une soudaine compréhension, remercia de tout cœur le maître et ramena ainsi son fils chez lui.
Image René RAUSCHENBERGER