Quand la maturité rend conscient de l’importance de la vie :
 
“J’ai compté mes années et j´ai découvert qu’à partir de maintenant, j’ai moins de temps à vivre que ce que j’ai vécu jusqu’à présent…
Je me sens comme ce petit garçon qui a gagné un paquet de friandises : la première il la mangea avec plaisir, mais quand il s’aperçut qu’il lui en restait peu, il commença réellement à les savourer profondément.
 
Je n’ai plus de temps pour des réunions sans fin où nous discutons de lois, des règles, des procédures et des règlements, en sachant que cela n’aboutira à rien.
 
Je n’ai plus de temps pour supporter des gens stupides qui, malgré leur âge chronologique n’ont pas grandi.
 
Je n’ai plus de temps pour faire face à la médiocrité.
 
Je ne veux plus assister à des réunions où défilent des egos démesurés.
 
Je ne tolère plus les manipulateurs et opportunistes.
 
Je suis mal à l´aise avec les jaloux, qui cherchent à nuire aux plus capables, d’usurper leurs places, leurs talents et leurs réalisations.
Je déteste assister aux effets pervers qu’engendre la lutte pour un poste de haut rang.
 
Les gens ne discutent pas du contenu, seulement les titres.
Moi, mon temps est trop précieux pour discuter des titres.
 
Je veux l’essentiel, mon âme est dans l’urgence … il y a de moins en moins de friandises dans le paquet…
 
Je veux vivre à côté de gens humains, très humains qui savent rire de leurs erreurs, qui ne se gonflent pas de leurs triomphes,
qui ne se sentent pas élu avant l’heure, qui ne fuient pas leurs responsabilités, qui défendent la dignité humaine et qui veulent marcher à côté de la vérité et l’honnêteté.
 
L’essentiel est ce que tu fais pour que la vie en vaille la peine.
 
Je veux m’entourer de gens qui peuvent toucher le cœur des autres… des gens à qui les coups durs de la vie leurs ont appris à grandir avec de la douceur dans l’âme.
Oui … je suis pressé de vivre avec l’intensité que la maturité peut m´apporter.
 
J’ai l’intention de ne pas perdre une seule partie des friandises qu´il me reste…
Je suis sûr qu’elles seront plus exquises que toutes celles que j´ai mangées jusqu’à présent.
Mon objectif est d’être enfin satisfait et en paix avec mes proches et ma conscience.
J’espère que la vôtre sera la même, parce que de toute façon, vous y arriverez…”
 
« Le temps précieux de la maturité »,
de Mário Raul de Morais Andrade,
(1893 – 1945) Poète, Romancier, Musicologue Brésilien.
**************
On se persuade souvent soi-même que la vie sera meilleure, après avoir fini et réussi ses études, après s’être marié, après avoir eu un enfant, puis un autre.
Plus tard, on se sent frustré(e) parce que notre carrière n’avance pas comme on le voudrait, parce que nos chefs ne nous reconnaissent pas autant qu’on le mérite, parce que nos enfants ne sont pas encore assez grands et on pense que l’on sera mieux quand ils le seront.
Puis on se frustre parce qu’ils sont adolescents et que c’est une étape difficile à vivre, on est alors convaincu(e) que l’on sera plus heureux-se quand ils auront passé cette étape.
On se dit que notre vie sera complète, quand les choses iront mieux pour notre conjoint(e), quand on possédera une meilleure voiture ou une plus grande maison, quand on pourra aller en vacances, quand on sera à la retraite.
La vérité est qu’il n’y a pas de meilleur moment pour être heureux-se que le moment présent.
Si ce n’est pas maintenant, quand ?
Ta vie sera toujours pleine de défis à atteindre et de projets à terminer.
Il est préférable de l’admettre et de décider d’être heureux de toute façon.
“Pendant longtemps, j’ai pensé que ma vie allait enfin commencer.
La Vraie Vie ! Mais il y avait toujours un obstacle sur le chemin, quelque chose qu’il fallait résoudre en premier, un temps à passer, une dette à payer. Alors, la vie allait commencer ! Jusqu’à ce que je me rende compte que ces obstacles étaient justement LA VIE ! Cette perspective m’a aidé à comprendre qu’il n’y a pas un chemin qui mène au Bonheur. Le Bonheur est le chemin”
Ainsi, vis chaque instant, sois présent à ce que tu vis, dis-toi que chaque moment est bon à vivre quel qu’il soit, n’attends pas un hypothétique bonheur.
Le Bonheur est là, maintenant !
Arrête d’attendre de terminer l’école, qu’on augmente ton salaire, de perdre 5, 10 kg, de te marier, d’avoir des enfants, qu’ils partent de la maison, qu’ils reviennent à la maison.
Arrête d’attendre le printemps, l’été, l’automne ou l’hiver ou tout simplement le vendredi soir, le dimanche matin ou de mourir pour décider qu’il n’y a pas de meilleur moment pour être heureux(se).
Le Bonheur est une trajectoire et non une destination.
Alors, étudie comme s’il n’y avait pas d’examen,
travaille comme si tu n’avais pas besoin d’argent,
fais comme si c’était déjà réussi,
aime comme si tu n’avais jamais souffert,
danse comme si personne ne te regardait.
****
Il n’en faut que si peu pour être heureux.
Il suffit juste d’apprécier chaque petit moment et de le sacrer comme l’un des meilleurs moments de sa vie :
* Rire jusqu’à en avoir mal au ventre, ou des crampes aux mâchoires
* Trouver une adresse d’un(e) ami(e)
* Tomber amoureux
* Regarder des paysages magnifiques en terre inconnue
* Se coucher dans son lit en écoutant la pluie tomber dehors
* Sortir de la douche et s’essuyer avec une serviette qui sent bon
* Réussir son but
* Avoir une conversation intéressante
* Retrouver de l’argent dans un pantalon que l’on n’a pas porté depuis des lustres ou dans une enveloppe surprise
* Rire de soi-même
* Rire sans raison particulière
* Entendre accidentellement quelqu’un dire quelque chose de bien sur soi
* Se réveiller en pleine nuit en se rendant compte que l’on peut encore dormir quelques heures
* Écouter une chanson qui nous donne la chair de poule
* Se faire de nouveaux amis
* Voir heureux les gens que l’on aime
* Faire plaisir aux autres sans qu’ils sachent que c’était soi
* Rendre visite à un vieil ami et se rendre compte que les choses n’ont pas changé entre vous
* Admirer un coucher de soleil ou un lever de soleil
* Contempler la lune et le ciel étoilé, et voir glisser une étoile filante
* Te faire tranquillement masser le dos et s’endormir paisiblement
* Sentir un vent doux nous caresser les cheveux et la joue
* Entendre dire que l’on nous aime et vivre paisiblement tous les petits moments qui nous réchauffent le cœur et l’âme
* Donner sans attendre quelque chose en retour – donner du fond de cœur avec amour inconditionnel
* Se donner à soi-même
* Rêver ardemment – les yeux ouverts – songer à ce qu’on désire, à ses rêves et faire comme s’ils étaient déjà réalisés.
* Être en Silence, paix et harmonie
* Sentir l’énergie de vie en soi-même et dans tous les êtres vivants, dans toutes les choses…
Rends heureux chaque instant et il sera de grande valeur.
Partage-le avec une personne de choix et il deviendra encore plus précieux.
Le bonheur est un « enfant » de l’amour et seulement les véritables valeurs nous accompagnent dans l’éternité…
Il était une fois un père qui était très frustré à cause de son fils qui ne semblait pas être très viril malgré ses seize ans.
Le père alla voir un Maître Zen et lui demanda d’aider son fils à devenir un homme, un vrai.
Le maître lui dit :
« Je peux vous aider. Par contre, votre fils devra vous quitter pour venir chez moi pendant trois mois. Pendant tout ce temps-là, vous ne serez pas autorisé à le voir. Je vous assure entière satisfaction après ces trois mois. »
Comme promis, le père ne revint donc que trois mois plus tard.
Le maître organisa un Kumité (combat de karaté) pour que le père puisse voir les résultats de l’entraînement de son fils.
Quand démarra le combat, le père découvrit que l’adversaire de son fils était en fait un entraîneur.
L’entraîneur s’était bien sûr assuré d’être parfaitement bien préparé pour gagner avant même qu’il ne commence à attaquer.
De l’autre côté, le fils tombait aussitôt après qu’il eut été attaqué, sans aucune résistance.
Cependant, le garçon n’abandonnait pas et se relevait immédiatement après sa chute.
Cela ne continua ainsi pas moins d’une vingtaine de fois.
Son père fut embarrassé et eut de la peine pour lui, mais n’osa rien dire.
Le garçon perdit lamentablement, à la fin le combat.
Le maître demanda au père :
« Ne pensez-vous pas que votre fils a montré de la virilité ? »
« J’ai eu honte de lui ! Après trois mois d’entraînements, quel genre de résultat est-ce ?! Il était si faible et tombait aussitôt qu’il était attaqué. Je ne pense pas du tout qu’il soit viril. »
Le père était très déçu.
Le maître dit au père : « Je suis désolé que vous ne regardiez l’échec et la réussite que sous leurs formes superficielles.
N’avez-vous pas remarqué que votre fils avait du courage et de la bravoure pour se relever après toutes ses chutes ?
C’est une réussite si on se relève autant de fois qu’on chute, c’est là la qualité d’un homme, un vrai. »
Le père eut une soudaine compréhension, remercia de tout cœur le maître et ramena ainsi son fils chez lui.
Image René RAUSCHENBERGER
Laisse-toi remplir de l’Énergie de Dieu.
Elle seule peut abréger tes souffrances, ton mal-être et ta peur, la peur qui est le contraire de l’Amour.
Tu es rempli-e de l’Énergie Christique, alors accepte-la, et prends-en conscience jusqu’au bout de tes doigts.
Tout est Divin en toi, sache-le bien.
Ne rejette pas cette évidence car la rejeter veut dire que tu n’y crois pas et que tu n’acceptes pas le Divin qui est en toi.
Pourtant cette facette divine est là depuis le commencement.
Plus elle brillera, et plus elle s’amplifiera, jusqu’à faire étinceler toutes les autres, toutes ces facettes de ta personnalité que tu dissimules dans l’ombre.
Reconnais le Divin en toi.
Reconnais la magnificence de l’Énergie qui a tout créé à la PERFECTION et à la NORME, et tu verras éclore la fleur de VIE que tu attends depuis toujours.
Ne tergiverse pas.
Les temps sont comptés pour chacun.
Quelle perte de temps à détourner la tête de la Lumière !
Quelle perte de temps à se relier au doute !
La LUMIÈRE est là, devant vous, même si vous ne l’apercevez que par un trou d’aiguille.
Elle est présente dans chaque cellule de votre corps et ne demande qu’à illuminer et guérir votre être tout entier.
Acceptez cette évidence.
Gratitude, gratitude, gratitude.
Le temps est venu où chacun doit reconnaître la Puissance de la CRÉATION.
Reçu par Pierrette L le 12/6/22 – merci
Peinture Mario Duguay
Aujourd’hui, je m’accepte tel-le que je suis, sans me juger.
J’accepte mon esprit tel qu’il est, avec toutes mes émotions, tous mes espoirs et mes rêves, ma personnalité, ma façon d’être unique.
J’accepte mon corps tel qu’il est, dans toute sa beauté et sa perfection.
Que l’amour que j’ai envers moi-même soi si fort que jamais plus je me rejette, ni ne sabote mon bonheur, ma liberté et mon amour.
Désormais, que chacune de mes actions, de mes réactions, de mes pensées et de mes émotions soit fondée sur l’amour.
…/…
Aujourd’hui, je prends un nouveau départ.
Je recommence ma vie en ce jour, avec la puissance de l’amour de soi.
J’apprécie ma vie, j’apprécie mes relations, j’explore la vie, je prends des risques, je suis vivant, je ne vis plus dans la crainte de l’amour.
J’ouvre mon cœur à l’amour, qui est mon droit de naissance.
Je deviens Maître de la Gratitude, de la Générosité et de l’Amour, afin de pouvoir jouir de toutes les créations à tout jamais.
***
Extrait de : « La maîtrise de l’amour» par Don Miguel Ruiz
Notre Père araméen ;
LA GRANDE PROTECTION DE NOTRE ÊTRE.
Père-Mère, Souffle de Vie.
Origine du son, action sans paroles, Créateur du Cosmos !
Fais briller ta lumière en nous, entre nous et en dehors de nous, afin que nous puissions la rendre utile.
Aide-nous à suivre notre chemin en respirant seulement le sentiment qui émane de Toi.
Notre Soi, se met au même pas que le tien, afin que nous marchions comme des Rois et Reines avec toutes les autres créatures.
Que ton désir et le nôtre soient UN, dans toute la Lumière, comme dans toutes les formes, dans toute existence individuelle, ainsi que dans toutes les communautés.
Fais-nous sentir l’âme de la Terre en nous car de cette façon, nous sentirons la Sagesse qui existe en tout.
Ne permets pas que la superficialité et l’apparence des choses du monde nous trompent.
Libère-nous de tout ce qui entrave notre croissance et notre élévation.
Souvenons-nous que Tu es le Pouvoir et la Gloire du monde, le Son qui se renouvelle et embellit tout.
Que ton amour soit seulement là où nos actions grandissent.
Qu’il en soit ainsi !
La vie se déroule entre les polarités de l’ordre et du chaos.
Il est important en ce moment de reconnaître ces deux opposés fondamentaux, sans lesquels le monde ne pourrait même pas exister.
Un autre mot pour désigner le désordre est “adversité”.
Lorsqu’il devient plus extrême, nous pourrions l’appeler “chaos”.
Nous préférerions, bien sûr, avoir de l’ordre dans nos vies, ce qui signifie que les choses vont bien.
Nous aimerions une relative harmonie dans nos vies.
Pourtant, celle-ci est très souvent entachée par l’irruption d’une forme de désordre.
Et, en général, nous n’aimons pas cela — nous sommes en colère, découragés ou tristes.
Le désordre se présente sous de très nombreuses formes, grandes et petites.
Lorsqu’il survient, il crée généralement une sorte de chaos dans nos vies, accompagné de fortes croyances sous-jacentes.
“Il y a quelque chose de très mauvais, cela ne devrait pas se produire, peut-être que Dieu est contre moi”, etc.
Encore une fois, nous devons comprendre que le désordre, ou l’adversité, est inévitable et constitue une partie essentielle d’un ordre supérieur.
Dans une perspective plus élevée, à un niveau supérieur, l’existence de l’ordre et du désordre, ou de l’ordre et du chaos, est une partie nécessaire de l’évolution de la vie.
De nombreuses personnes ont constaté qu’elles faisaient l’expérience d’un approfondissement, d’un sentiment plus profond de soi ou d’être, immédiatement après avoir enduré une période de désordre ou de chaos.
C’est ce que l’on appelle parfois “la nuit noire de l’âme”, un terme du christianisme médiéval utilisé pour décrire la dépression mentale que de nombreux mystiques ont connue avant de s’éveiller spirituellement.
Il y a eu une éruption de désordre, de destruction.
Puis, à partir de cela, une réalisation plus profonde a surgi.
Et bien que cela puisse être très douloureux, la chose étrange est que c’est précisément là que de nombreux humains font l’expérience d’une transcendance.
Un fait étrange est qu’il n’arrive presque jamais que les gens s’éveillent spirituellement alors qu’ils sont dans leur zone de confort.
Ou qu’ils s’approfondissent en tant qu’êtres humains, ce qui serait un éveil partiel.
Cela n’arrive presque jamais.
L’endroit où le changement évolutif se produit, ou le saut évolutif, est généralement l’expérience du désordre dans la vie d’une personne.
Votre vie oscille alors entre ordre et désordre.
Vous avez les deux, et ils sont tous deux nécessaires.
Il n’y a pas de garantie que lorsque le désordre éclate, il provoque un éveil ou un approfondissement, mais il y a toujours la possibilité.
C’est une opportunité, mais souvent, elle est manquée.
Nous sommes donc ici en ce moment, et notre mission est la même : s’aligner sur le moment présent, sur ce qui se passe ici et maintenant.
Le bouleversement que nous vivons en ce moment ne sera probablement pas le dernier bouleversement à venir au niveau collectif.
Cependant, c’est une opportunité — car bien que ce soit une période de bouleversements, c’est aussi une période d’éveil.
Les deux vont de pair.
Tout comme dans une vie individuelle, vous avez besoin de l’adversité pour vous éveiller.
C’est une opportunité mais pas une garantie.
Ainsi, ce qui semble tragique et désagréable à un niveau conventionnel est en fait parfaitement bien et comme il se doit à un niveau supérieur; cela ne se produirait pas autrement.
Tout cela fait partie de l’éveil des êtres humains et de l’éveil planétaire.
Eckhart Tolle
Titre original : The Opportunity in Adversity
Image sans nom d’auteur indiqué.

Pouvoir des émotions, de l’Intention

Nous avons à notre disposition un formidable outil pour permettre que “notre désir soit notre ordre” !

Il s’agit du “Pouvoir de l’Intention”.

Afin de préciser de quoi il s’agit voici le récit d’une de ses applications dans le concret.
A la fin des années 1980, au moment du conflit opposant Israël et le Liban, des chercheurs lancèrent le “Projet international pour la Paix au Moyen Orient.
Il s’agissait d’envoyer sur les lieux de guerre des “commandos” de penseurs entraînés à la méditation optimiste avec pour mission de se réjouir en éprouvant un sentiment de Paix !
Les résultats furent si spectaculaires qu’ils furent, après avoir été relatés, analysés et modélisés dans la très sérieuse revue “Journal de résolution des conflits”, appliqués à d’autres situations conflictuelles où les “casques roses” furent déployés !

Depuis on a pu définir qu’il suffisait d’un nombre spécifique de méditants pour obtenir le résultat souhaité.
D’après les études il suffit que la racine carrée de 1% de la population concernée ressente la Paix pour que cela devienne réalité…

Nous avons donc décidé, collégialement, de nous retrouver à quelques uns pour une première séance samedi à 17h chez nous pour vibrer la joie, le soulagement d’être libérés, d’avoir retrouvé notre souveraineté, d’être assurés de conserver notre intégrité.
Nous n’imposons pas de scénario, nous vivons juste la Joie d’avoir été entendus !

Comme la maison la maison est petite et ne pourra accueillir les 1% de la racine carrée de la population concernée par cette libération*, nous avons enregistré la méditation que nous avons conçue et que nous utiliserons ce jour là !

Nous vous convions donc à nous rejoindre par la pensée et le pouvoir de l’Intention et de poursuivre ensuite cette expérience chaque jour jusqu’au dimanche 24 avril 20h (fermeture des bureaux de vote). Nous pouvons d’ors et déjà convenir que chaque jour à 20h30 nous nous réunirons virtuellement autour de cette méditation de Libération !

Nous avons fait de notre mieux en créant cette méditation, peut-être imparfaite elle porte tous nos espoirs !

*Merci de partager car pour atteindre notre objectif, la population française étant de 67 800 000 habitants, nous devrions être 823 à méditer quotidiennement ! Croyez bien que ce ne fut pas chose aisée que de réaliser ce calcul heureusement que certaines relations ont encore quelques connaissances mathématiques en ce domaine !

Dominique et Frédérique

Cliquez pour écouter et suivre la : Méditation de libération

 

Un moine décida de méditer seul, sur une barque au milieu d’un lac.
Après quelques heures dans le silence et la profondeur de son être, il sentit soudainement le choc d’un autre bateau heurtant le sien.
Les yeux toujours fermés, il sentit de l’exaspération monter petit à petit, il commença à respirer la colère, puis la rage.
Il ouvrit alors les yeux, prêt à hurler sur le batelier qui avait si brutalement dérangé sa méditation.
Il resta bouche-bée : c’était une barque vide qui a fait frappé la sienne.
La barque s’était probablement détachée et avait dérivé.
Le moine comprit que le moindre choc de l’extérieur suffisait à ce qu’il se mette hors de lui, tout seul.
Depuis, chaque fois que quelqu’un provoquait sa colère, il se souvenait : cette colère est la mienne, l’autre n’est qu’un bateau vide.
Histoire Zen.
*****
De nombreuses personnes se croient en paix, sans aucune colère intérieure et pourtant, il en faut peu pour que la bulle d’une émotion se manifeste presque instantanément.
Dans ce cas, il est bon d’accueillir cette émotion, quelle qu’elle soit, de respirer un bon coup pour la libérer et remplacer le vide créé par une autre énergie plus paisible.
Et tel ce moine, se souvenir que la base de tout est en soi.
Joéliah
Photo sans nom d’auteur indiqué.
7 lois spirituelles du succès
par Deepak Chopra
6. La Loi du Détachement
Cette loi nous explique que pour acquérir quoi que ce soit dans l’Univers physique, il faut savoir s’en détacher.
Cela ne veut pas dire d’avoir à abandonner l’intention de réaliser nos désirs, mais simplement l’attachement aux résultats.
En mêlant cet abandon à une intention inflexible, nous acquerrons ainsi un grand pouvoir et recevrons ce que nous demandons. L’attachement est construit sur la peur et l’insécurité; le besoin de sécurité vient de l’ignorance du vrai Soi.
La source de la santé, de l’abondance et de tout ce qui vient du monde physique est le vrai Soi.
C’est la conscience qui sait comment répondre à ses besoins.
Tout le reste (voitures, argent, maisons, vêtements) n’est que symboles.
Poursuivre un symbole est confondre notre Soi avec les symboles de notre Soi.
L’attachement, parce qu’il s’adresse toujours aux symboles, naît de la pauvreté de la conscience.
La sécurité, le connu n’est rien d’autre que la prison créée par le conditionnement passé.
Il ne génère aucune possibilité d’évolution, absolument aucune.
Le détachement est synonyme de richesse de la conscience.
Une conscience riche confère la possibilité de tout recevoir, à chaque instant et sans effort.
Pour vivre cette expérience, il vous faut être enraciné dans la sagesse de l’incertain.
L’incertain est un sol fertile de créativité pure où nous trouverons la liberté de créer tout ce que nous souhaitons.
L’incertain est lorsque chaque moment de notre existence constitue un pas vers l’inconnu.
N’ayons pas d’idée rigide de ce que nous allons faire cette semaine ou l’année prochaine.
Parce que lorsque nous avons une idée claire de ce qui va arriver et y restons strictement attachés, nous détruisons tout un pan de possibilités.
La Loi du Détachement ne s’oppose pas à celle de l’Intention et du Désir, ni avec la volonté d’atteindre un but.
Notre intention d’aller toujours dans une certaine direction est la même et nous avons toujours un but.
Mais entre le point A et le point B, il existe une infinité de chemins.
En intégrant la sagesse de l’incertain, nous pourrons à tout moment changer de direction pour, par exemple, nous diriger vers un idéal supérieur ou vers un but plus intéressant.
Nous aurons moins tendance à forcer les solutions, ce qui nous permettra de rester éveillés aux opportunités.
La Loi du Détachement accélère le processus d’évolution.
Nous tourner vers l’incertain alors que nous attendons que la solution émerge du chaos crée l’apparition du fabuleux.
Le problème porte en lui le germe de l’opportunité.
Dans cet état d’ouverture, cette opportunité rencontre notre attention et crée le « miracle ».
Pour mettre en œuvre la Loi du détachement :
« Aujourd’hui je me consacre au détachement en me permettant aux autres et à moi-même d’être ce que nous sommes. Je ne chercherais pas à tout prix une solution à mes problèmes pour ne pas en provoquer d’autres. »
« Aujourd’hui j’agirai dans l’incertain en considérant cela comme un ingrédient essentiel de mon expérience. En acceptant l’incertain, les solutions surgiront spontanément des problèmes, de la confusion. Plus les choses me sembleront incertaines et plus je me sentirais en sécurité, parce que l’incertain est mon chemin vers la liberté. »
« J’entrerai dans le champ de tous les possibles et j’anticiperai le bonheur de rester ouvert à une infinité de choix. Je ferais alors l’expérience de la magie, de la joie, de l’aventure et du mystère de la vie. »