Un homme demande à un peintre de repeindre son bateau.
Le peintre apporte de la peinture et des pinceaux et peint le bateau d’un rouge vif, comme le propriétaire le lui a demandé.
En peignant, il remarque un petit trou dans la coque et le répare tranquillement.
Lorsqu’il a fini de peindre, il reçoit son argent et s’en va.
Deux jours après, le propriétaire du bateau vient voir le peintre et lui remet un beau chèque, bien plus élevé que le paiement de la peinture.
Le peintre surpris lui dit : Vous m’avez déjà payé pour la peinture du bateau, Monsieur !
– Mais ce n’est pas pour le travail de peinture. C’est pour la réparation du trou dans le bateau.
-Ah ! Mais c’était un si petit service… certainement pas la peine de me payer un montant aussi élevé pour quelque chose d’aussi insignifiant.
– Mon cher ami, vous ne comprenez pas. Laissez-moi vous raconter ce qui s’est passé :
“Quand je vous ai demandé de peindre le bateau, j’ai oublié de mentionner le trou. Une fois le bateau sec, mes enfants ont pris le bateau et sont partis à la pêche.
Ils ne savaient pas qu’il y avait un trou.
Je n’étais pas à la maison à ce moment-là.
Quand je suis revenu et que j’ai remarqué qu’ils avaient pris le bateau, j’étais désespéré parce que je me suis souvenu que le bateau avait un trou.
Imaginez mon soulagement et ma joie quand je les ai vus revenir de la pêche.
Ensuite, j’ai examiné le bateau et j’ai constaté que vous aviez réparé le trou !
Voyez-vous, maintenant, ce que vous avez fait ? Vous avez sauvé la vie de mes enfants ! Je n’ai pas assez d’argent pour payer votre “petite” bonne action. Merci mille fois”
***
Comme ce peintre, écoutez juste votre cœur et votre conscience même si vous n’êtes pas payé pour faire une ‘petite’ bonne action.
Quel que soit ce que la vie vous propose, que ce soit pour aider une personne, pour en soulager une autre, pour rendre service, pour écouter une personne qui a besoin d’être entendue, pour essuyer une larme, n’attendez pas qu’on vous le demande, agissez spontanément et réparez naturellement tous les ‘trous’ que la vie met devant vous.
Peu importe qui, quand ou comment, continuez à aider, à soutenir, à essuyer les larmes, à écouter attentivement et à réparer soigneusement toutes les “fuites” que vous trouvez.
Car sans le savoir, vous pouvez être la personne secours, l’ange que la Source choisit et envoie pour aider.
Et qui sait, peut-être que vous aurez une agréable surprise ?
Auteur inconnu.
***********
Image par Dimitris Vetsikas
Quand j’étais petite, ma mère me punissait toujours pour avoir fait quelque chose de mal. Que j’ai renversé de la farine, cassé une assiette ou sali ma robe – j’ai eu droit à tout.
En même temps, j’étais l’une de ces enfants à qui cela arrivait constamment sans mauvaise intention.
Un jour, ma mère a été invitée pour féliciter un ancien collègue, qui prenait sa retraite. Comme j’étais seule, j’ai dû y aller avec elle.
La mère du monsieur, une Grand-mère d’environ 80 ans, nous accueillit.
Elle avait un magnifique ensemble de thé en porcelaine spécialement réservé aux invités, comme il se doit.
L’hôtesse décida de nous donner du thé et, voulant l’aider, j’ai cassé une de ses tasses.
Ma mère m’a giflé et a commencé à crier.
Je pleurais de peur de recevoir une autre gifle, mes lèvres tremblaient.
Alors, la grand-mère m’a pris par l’épaule, m’a poussé loin de ma mère et lui a dit :
“Arrêtez de crier sur l’enfant ! Qu’est-ce qui est si effrayant ici ? Et si vous aviez cassé la tasse, est-ce que je devrai aussi vous crier dessus ?”
Maman était confuse et se tût.
La vieille dame poursuivit : ‘un morceau de porcelaine peint ne vaut ni les larmes d’un enfant ni vos nerfs. En y réfléchissant, il y avait un service pour six personnes, et maintenant il est juste devenu pour cinq. Si nous avons plus de trois invités, ce qui est si rare, je boirai dans une tasse ordinaire.
Puis elle sorti une nouvelle tasse et versa le thé comme si de rien ne s’était passé.
Et au moment de rentrer à la maison, la grand-mère a emballé la soucoupe restant dans du journal et me l’a donnée.
Aujourd’hui, je ne me souviens plus de son nom mais cette leçon a été retenue par ma mère et moi pour le reste de nos vies, même si, bien sûr, elle ne me l’a pas admis.
Elle n’est plus en vie et la soucoupe est toujours dans mon appartement.
Et quand mes enfants sont malicieux, mon regard se souvient de la fine tasse et je n’ai plus envie de crier…
Auteur inconnu
Qu’y a-t-il dans ma tasse ?
« Vous tenez une tasse de café, quelqu’un arrive et vous heurte et vous fait renverser votre café partout. Pourquoi avez-vous renversé le café ?
“Eh bien parce que quelqu’un m’a poussé, bien sûr”…
Mauvaise réponse.
VOUS avez renversé le café parce qu’il y avait du café dans votre tasse.
S’il y avait eu du thé dans la tasse, vous auriez renversé du thé.
Tout ce qui se trouve à l’intérieur de la tasse, c’est cela qui va déborder.
Par conséquent, lorsque la vie se produit et vous secoue, ce qui arrive souvent, tout ce qui est à l’intérieur de vous sortira.
Nous devons donc nous demander : “Qu’y a-t-il dans ma tasse ?”
Quand la vie devient difficile, qu’allons-nous faire déborder ?
La joie, la reconnaissance, la paix et l’humilité ?
Ou la colère, l’amertume, les mots durs et la réactivité ?
Qui choisit ?
A partir d’aujourd’hui, travaillons à remplir nos tasses de gratitude, de pardon, de joie, de paroles d’affirmation pour nous-mêmes et de gentillesse, de douceur et d’amour pour les autres.
La vie est amour, joie et bonheur.
Il faut du temps pour laver les vêtements boueux dans la machine à laver. OK ? Réveillez-vous.
Si vous voyez que quelqu’un est en colère ou vous porte de la haine ou de la jalousie, peu importe.
Donnez-leur un peu de temps pour se recentrer.
Comprenez qu’il leur faut du temps pour essuyer leur poussière intérieure.
Vous devez avancer dans la vie avec la clarté de l’esprit, la pureté dans le cœur et la sincérité dans l’action.
Détendez-vous.
Soyez à l’aise avec vous-même et avec tout le monde autour. “
Sri Sri Ravi Shankar
Une fille dit à sa mère que tout tourne mal pour elle ; elle a probablement échoué son examen de maths et son petit ami vient de la quitter pour sa meilleure amie.
Dans ces périodes tristes, sa mère connaît la meilleure chose à faire pour encourager sa fille : ” Je vais te faire un gâteau délicieux. “
La mère prend sa fille dans ses bras et la guide vers la cuisine, tandis que sa fille essaye de sourire.
Alors que la mère prépare les ustensiles et les ingrédients, sa fille s’assoit au comptoir.
Sa mère demande :
” Ma chérie, aimerais-tu un gâteau au chocolat ? “
Sa fille répond :
” Bien sûr, maman, tu sais combien j’aime tes gâteaux.”
“D’accord…” dit la mère et ajoute : “bois d’abord un peu de cette huile”
Choquée, la jeune fille répond : “Quoi ?!? Pas question !!!”
– “Que dirais-tu alors de gober quelques œufs crus ?”
A cela la fille répond : “Tu plaisantes ?”
– “Que dirais-tu d’un peu de farine ?”
“Non maman, Je serais malade !”
La mère répond alors : “Toutes ces choses individuellement sont immangeables ou pas très bonne en goût, mais si tu les mets toutes ensembles et les cuits, elles se transforment en un gâteau délicieux !”
La Vie, travaille de la même manière.
Quand nous nous demandons pourquoi elle nous fait
passer par ces périodes difficiles, nous ne réalisons pas ce que ces événements peuvent nous apporter.
Seulement elle sait et ne nous laisse pas tomber.
Nous n’avons pas besoin de gouter les ingrédients crus,
seulement croire en la perfection de la Vie, et savoir que quelque
chose de fantastique va survenir en son temps parfait.
Laisse l’amour agir et prépare-toi a manger le meilleur qui s’en vient.
Adapté par Joéliah d’une histoire d’un auteur inconnu.
🤍1. dites oui à ta vie
C’est un honneur d’être ici en tant qu’être humain.
🤍2. Ne cherchez pas votre vérité à l’extérieur, mais à l’intérieur de vous-même.
🤍3. Réalisez que chaque action pacifique, aussi petite soit-elle, est tissée dans un champ énergétique global. De cette façon, vous contribuez directement à la paix mondiale.
🤍4. Permettez à l’amour d’entrer dans votre vie sous toutes ses différentes formes telles que : la gratitude, la joie, l’acceptation, le pardon, l’honnêteté.
🤍5. Soyez reconnaissant et reconnaissez la valeur de chaque seconde de votre passé et de votre présent.
🤍6. Ressentez votre cœur et vivez-le, suivez votre impulsion cardiaque.
Votre cœur vous guide avec la vérité du moment là où c’est bon pour vous maintenant.
🤍7. Donnez-vous le droit d’entrer en contact avec la source de la création.
🤍8. Rencontrez les enfants comme des égaux.
🤍9. Ne résonnez pas avec des actions peu lumineuses.
🤍10. Sachez que tout ce que vous envoyez vous reviendra.
🤍11. Pardonnez à tous ceux qui sont dans votre vie maintenant ou qui ont été dans votre vie dans le passé.
🤍12. Respectez le libre arbitre de tous vos semblables, quelles que soient leur nationalité et leur apparence.
🤍13. Faites ce que vous aimez et ce qui vous rend heureux.
Aime toi toi-même.
🤍14. Vivez votre appel.
🤍15. Vivez le changement en vous et dans votre vie que vous aimeriez voir dans le monde.
🤍16. Une situation qui n’est plus dans votre bien divin, vous pouvez soit l’accepter, soit la changer, soit en créer une meilleure.
🤍17. Respectez la nature et reconnaissez sa beauté.
🤍18. Éloignez-vous de tous les canaux médiatiques qui vous dépriment et engagez-vous dans des choses positives.
🤍19. Maintenez le contact avec les personnes qui sont bonnes pour vous.
🤍20. Écoutez ce que votre corps vous dit et soyez conscient que toutes les maladies physiques ont toujours une origine dans votre vie mentale et/ou émotionnelle.
🤍21. Une fois que vous êtes dans votre cœur, votre vibration augmente immédiatement. Vous n’avez rien à faire de plus pour cela.
🤍22. Ne faites de mal à aucun être vivant en pensée, en parole ou en action.
🤍23. L’amour est la force la plus transformatrice qui existe dans le monde. Utilisez-les et faites face à toute violence avec amour et compassion.
🤍24. Votre voix change le monde. Nous vivons dans le monde et en partageons la responsabilité.
*Christina von Dreien*
Via Reiner Glaser, merci.
Christina Von Dreien :
” Avant mon incarnation actuelle, j’ai eu une sorte de vision de l’avenir.
J’ai vu qu’il y aurait une période, sur Terre, où les humains seraient soumis à une énorme pression.
Mais j’ai aussi vu partout, sur Terre, de nombreux petits points lumineux, c’est-à-dire des humains qui s’étaient éveillés et maintenaient la Lumière.
L’humanité tout entière ne s’était pas éveillée, seulement une partie, et cette partie a fini par faire la différence.
Car les points lumineux se sont peu à peu connectés les uns aux autres, et à un moment donné, une sorte de « percée de Lumière » s’est produite à travers la matrice de la non-Lumière, entrainant son effondrement.
J’avais donc la certitude qu’à la fin de cette période, tout irait bien.
Pour que cette percée de Lumière globale ait lieu, il ne fallait pas nécessairement qu’une majorité d’êtres humains s’éveille et brille et encore moins les êtres humains dans leur ensemble; une petite partie de l’humanité suffisait.
Ne nous laissons donc pas décourager si nous constatons que la plupart des gens sommeillent encore : l’éveil collectif ne dépend pas d’une majorité numérique, mais énergétique.
La Lumière est si puissante qu’avec son niveau élevé de vibration, une seule personne éveillée et consciente peut compenser les vibrations plus basses d’un grand nombre d’endormis peut-être des milliers et même plus, selon son niveau de conscience.
Cette vision m’a émue au plus haut point et je me suis sentie honorée de pouvoir venir ici, sur Terre, et contribuer à cette percée de Lumière.
En effet, d’un point de vue cosmique, ce que l’humanité terrestre est en train d’accomplir est exceptionnel.
Dans l’univers, tout est relie à tout, et ce qu’il se produit sur Terre s’y propage par le biais de vols énergétiques cosmiques.
De nombreux êtres de la Lumière extraterrestres scrutent aujourd’hui la Terre avec attention, car si les humains parviennent à sortir de cette longue captivité dans la non-Lumière, cela aura un grand retentissement, bien au-delà de la Terre, dans d’autres parties de notre système solaire et de cette galaxie.
C’est pourquoi il est si important que nous soyons tous des phares et que nous maintenions la Lumière ici-bas, contre vents et marées, au milieu de l’obscurité “.
1. “Les pensées sont matérielles”
Tout ce que nous nous représentons est le résultat de ce que nous pensons de nous-mêmes.
Si une personne parle ou agit avec de mauvaises pensées, elle est hantée par la douleur.
Si une personne parle ou agit avec des intentions pures, le bonheur le suit, qui, comme une ombre, ne le quittera jamais.
Le Bouddha a dit : « Notre conscience est tout. Vous devenez ce à quoi vous pensez.
James Allen a dit : “L’homme est le cerveau.”
Pour bien vivre, vous devez remplir votre cerveau de « bonnes » pensées.
Votre pensée détermine vos actions ; vos actions déterminent le résultat. Une pensée juste vous donnera tout ce que vous voulez ; la mauvaise pensée est un mal qui finira par vous détruire.
2. “Commencer petit, c’est bien”
“La cruche se remplit progressivement, goutte à goutte.”
Ralph Waldo Emerson a dit : “Chaque artisan était autrefois un amateur.”
Nous commençons tous petit, ne négligez pas le petit.
Si vous êtes cohérent et patient, vous réussirez !
Personne ne peut réussir du jour au lendemain : le succès vient à ceux qui sont prêts à commencer petit et à travailler dur jusqu’à ce que le pichet soit plein.
3. “Pardonner”
S’accrocher à la colère, c’est comme saisir un charbon ardent avec l’intention de le jeter sur quelqu’un d’autre ; c’est toi qui brûleras. Lorsque vous libérez ceux qui sont emprisonnés dans la prison du non-pardon, vous vous libérez de cette prison.
Vous ne pouvez supprimer personne sans vous supprimer également. Apprenez à pardonner. Apprenez à pardonner plus vite.
4. “Vos actions comptent”
Peu importe le nombre de commandements que vous lisez, peu importe ce que vous dites, que signifieront-ils si vous ne les suivez pas ?
Ils disent : « Les mots ne valent rien », et c’est ainsi.
Pour évoluer, vous devez agir ; pour évoluer rapidement, il faut agir au quotidien.
La gloire ne vous tombera pas sur la tête ! Gloire pour tous, mais seuls ceux qui agissent constamment pourront la connaître.
5. “Essayez de comprendre”
En nous disputant avec le présent, nous éprouvons de la colère, nous avons cessé de nous battre pour la vérité, nous avons commencé à nous battre uniquement pour nous-mêmes.
Stefan Kovi a déclaré: “Essayez d’abord de comprendre, puis essayez seulement d’être compris.”
Facile à dire, dur a faire ; vous devez faire de votre mieux pour comprendre le point de vue de “l’autre” personne.
Lorsque vous sentez que la colère vous envahit, détruisez-la.
Écoutez les autres, comprenez leur point de vue et vous trouverez la paix. Concentrez-vous davantage sur le bonheur que sur le fait d’avoir raison.
6. “Conquérez-vous”
Mieux vaut gagner soi-même que gagner mille batailles.
Alors la victoire est à vous.
Ni les anges ni les démons, ni le ciel ni l’enfer ne peuvent vous l’enlever.
Celui qui se conquiert est plus fort que n’importe quel souverain. Pour vous conquérir, vous devez conquérir votre esprit.
Vous devez contrôler vos pensées.
Ils ne doivent pas faire rage comme les vagues de la mer.
Vous pensez peut-être : « Je ne peux pas contrôler mes pensées.
La pensée vient quand elle veut.
Vous ne pouvez pas empêcher un oiseau de voler au-dessus de vous, mais vous pouvez certainement l’empêcher de nicher sur votre tête.
Chassez les pensées qui ne correspondent pas aux principes de vie selon lesquels vous voulez vivre.
Le Bouddha a dit : “Ce n’est pas un ennemi ou un méchant, mais c’est la conscience d’une personne qui l’attire sur un chemin tortueux.”
7. “Vivre en harmonie”
L’harmonie vient de l’intérieur. Ne la cherchez pas dehors.
Ne cherchez pas à l’extérieur ce qui ne peut être que dans votre cœur.
Souvent, nous pouvons chercher à l’extérieur, juste pour nous distraire de la vraie réalité.
La vérité est que l’harmonie ne peut être trouvée qu’en vous-même. L’harmonie n’est pas un nouveau travail, pas une nouvelle voiture ou un nouveau mariage.
L’harmonie est de nouvelles opportunités et elles commencent avec vous.
Source Facebook BHUTPEHIX ZAKOHOB
Nos mots, intentions et émotions ont de vrais pouvoirs !
QUAND LES MOTS RAVIVENT LES CELLULES MORTES.
Les scientifiques ont réussi à prouver que les mots peuvent raviver les cellules mortes !
Au cours de la recherche, les scientifiques ont été étonnés de l’énorme pouvoir du mot.
Comment ont-ils réussi à y parvenir ?
Des études ont montré que les systèmes mémorisaient les conditions d’influence sur eux et que ces informations y étaient stockées.
Commençons dans l’ordre.
En 1949, les chercheurs Enrico Fermi, Ulam et Pasta ont étudié les systèmes non linéaires – des systèmes oscillatoires, dont les propriétés dépendent des processus qui s’y déroulent.
Ces systèmes sous un certain état se sont comportés de manière inhabituelle.
Des études ont montré que les systèmes mémorisaient les conditions d’influence sur eux et que ces informations y étaient stockées pendant assez longtemps.
Un exemple typique est une molécule d’ADN qui stocke la mémoire d’informations d’un organisme.
À cette époque, les scientifiques se demandaient comment il était possible qu’une molécule inintelligente, qui n’a ni structure cérébrale ni système nerveux, puisse avoir une mémoire qui surpasse n’importe quel ordinateur moderne en précision.
Plus tard, les scientifiques ont découvert de mystérieux solitons.
Solitons, solitons…
Un soliton est une onde structurellement stable trouvée dans les systèmes non linéaires.
La surprise des scientifiques ne connaissait pas de limites.
Après tout, ces ondes se comportent comme des êtres intelligents.
Et ce n’est qu’après 40 ans que les scientifiques ont réussi à progresser dans ces études.
L’essence de l’expérience était la suivante – à l’aide d’appareils spécifiques, les scientifiques ont réussi à tracer le chemin de ces ondes dans la chaîne d’ADN.
En passant la chaîne, la vague lit complètement l’information.
Il peut être comparé à une personne lisant un livre ouvert, seulement des centaines de fois plus précis.
Tous les expérimentateurs au cours de l’étude ont posé la même question : pourquoi les solitons se comportent-ils ainsi et qui leur donne une telle commande ?
Pourquoi les solitons se comportent-ils ainsi ?
Le scientifique Petr Petrovich Garyaev a mené des recherches.
Il a essayé d’influencer les solitons avec la parole humaine enregistrée sur un support d’information.
Ce que les scientifiques ont vu a dépassé toutes les attentes – sous l’influence des mots, les solitons ont pris vie.
Les chercheurs sont allés plus loin – ils ont envoyé ces ondes à des grains de blé, qui avaient auparavant été irradiés avec une telle dose de rayonnement radioactif à laquelle les chaînes d’ADN ont été déchirées, et ils sont devenus non viables.
Après exposition, les graines de blé ont germé.
Au microscope, la restauration de l’ADN détruit par les radiations a été observée.
Il s’avère que les mots humains ont pu faire revivre une cellule morte, c’est-à-dire sous l’influence des mots, les solitons ont commencé à posséder un pouvoir vivifiant.
Ces résultats ont été confirmés à plusieurs reprises par des chercheurs d’autres pays – Grande-Bretagne, France, Amérique.
Les scientifiques ont développé un programme spécial dans lequel la parole humaine a été transformée en vibrations et superposée aux ondes solitons, puis elles ont affecté l’ADN des plantes.
En conséquence, la croissance et la qualité des plantes ont été considérablement accélérées.
Des expériences ont également été menées sur des animaux.
Après y avoir été exposés, une amélioration de la pression artérielle a été observée, le pouls s’est stabilisé et les indicateurs somatiques se sont améliorés.
Les chercheurs scientifiques ne se sont pas arrêtés là.
Des expériences ont été menées sur l’impact de la pensée humaine sur l’état de la planète.
Les expériences ont été réalisées plus d’une fois, ces dernières impliquant 60 et 100 000 personnes.
C’est vraiment un grand nombre de personnes.
La règle principale et nécessaire pour la mise en œuvre de l’expérience était la présence d’une pensée créative chez les gens.
Pour ce faire, les gens se sont volontairement réunis en groupes et ont dirigé leurs pensées positives vers un certain point de notre planète.
Pendant et pendant plusieurs jours, le taux de criminalité dans la ville a été fortement réduit ! Le processus d’influence de la pensée créative a été enregistré par des instruments scientifiques, qui ont enregistré le flux le plus puissant d’énergie positive.
La pensée humaine est matérielle !
Des expériences ont prouvé la matérialité des pensées et des sentiments humains, et leur incroyable capacité à résister au mal, à la mort et à la violence.
Grâce à leurs pensées et aspirations pures, ils confirment scientifiquement les anciennes vérités communes – les pensées humaines peuvent à la fois créer et détruire.
Le choix appartient à la personne, car cela dépend de la direction de son attention si une personne va créer ou influencer négativement les autres et elle-même.
La vie humaine est un choix constant et on peut apprendre à le faire correctement et consciemment.
Issu de la page Facebook, de Nadia Ivanova.
***
Il y a des aventures qui se partagent du début à la fin… c’est le cas du film ‘Le chemin d’Ham’, fruit de l’envie de mon ami Jacques Damaham, dans lequel j’ai eu le plaisir et l’honneur de participer, avec d’autres amies et amis.
Il l’offre !
Je vous invite à le regarder en conscience car il est porteur de sagesse et vraiment bien filmé.
Une histoire d’amour et de rencontres d’âmes parfois étonnantes, avec la participation d’un fabuleux loup…
L’évolution de l’Homme au travers des chakras et des Fréquences Sacrées.
1h40 de bien-être à savourer.
Pour toutes les personnes qui croient qu’il faut être parfait pour être spirituel… un joli texte tellement sain :
Elle achetait des livres qui lui parlaient de spiritualité, d’unité, d’émotions positives, de lumière et d’amour inconditionnel.
Elle essayait de toutes ses forces d’être parfaite, et d’atteindre ce Ciel que ces récits décrivaient, essayant de gommer ses ombres, pour atteindre cette lumière, et d’être joyeuse, alors qu’elle était souvent triste.
Elle essayait d’être linéaire alors que tout en elle n’était que chaos et tsunami.
Elle essayait d’être calme alors qu’elle sentait la tempête.
Elle tentait de répondre à ce que ces sages écrivaient.
Mais plus elle lisait, plus elle essayait…
Et plus elle échouait.
Elle restait immuablement humaine et duale,
Avec ses émotions paradoxales.
Elle était l’inverse de tout ce qui était écrit ;
Et s’écroulait donc accablée et accroupie.
Pourquoi donc n’était-elle pas parfaite comme tous ces gens qui savaient,
Qui étaient des êtres illuminés et éveillés ?
Épuisée, elle alla se coucher et se mit à rêver.
En songe, elle vit une grande salle :
D’un côté des hommes cravatés et même certains sages ;
De l’autre des musiciens, chanteurs et poètes délurés,
Dans un vaste bordel coloré.
Les cravatés, ne pouvant tolérer une telle pagaille, partirent sur le champ !
Et il ne restait dans cette salle que tous ces gens étonnants !
Surprise, au réveil elle comprit.
Elle mit de côté tous ses livres,
Et décida de vivre !
Elle accepta alors toute son humanité,
Ses sautes d’humeur, et son cœur parfois fermé.
Elle accepta toutes ses parts et sa dualité !
Et grâce à cela, elle trouva enfin son unité.
Son Cœur s’ouvrit alors en corolle,
Car elle ne jouait plus aucun rôle.
Pour une fois elle s’aimait, même si rien n’était parfait.
Elle aimait même tout ce qu’elle avait tant cherché à masquer toutes ces années.
Elle arrêta donc de se faire violence,
Et entra dans sa propre danse.
Elle n’écouta plus les savants,
Mais son élan vibrant.
Elle devint une femme sauvage,
Capable parfois d’être en rage.
Elle pouvait pleurer,
Car elle en connaissait la Beauté.
Elle accepta sa nature de femme cyclique,
Et devint magnifique.
Elle comprit que tout ce qui vivait en elle était Divin,
Et la Lumière vint enfin !
Elle ne cherchait plus la perfection linéaire,
Car elle sentait qu’elle était comme le mouvement de la Terre.
Elle dansait, chantait et riait maintenant de sa nature paradoxale et cyclique.
Et tout en elle était apaisé,
Car il n’y avait plus besoin de chercher.
Juste sentir la brise des étoiles sur sa peau
Et écouter le cantique des oiseaux.
Elle était maintenant l’océan qui voyait ses vagues.
Elle était la conscience qui vivait ses émotions.
Elle était le Divin qui vivait dans son corps humain.
Elle était l’espace infini qui vivait le temps fini.
Elle était le calme qui regardait ses tempêtes.
Elle était l’unité qui vivait sa dualité.
Tout en elle s’était réuni.
Elle vivait enfin sa vie.
** Caroline Gauthier **
**
Oui, les émotions font partie de la vie, rire, avoir une pointe de folie, être artiste fantasque ou fantaisiste, se fâcher temporairement parce qu’une blessure est ravivée et qu’elle fait mal, et retrouver la paix et la guérison dans un instant de grâce après un cours de chant… accepter les différences et être différent, TOUT fait partie de la vie.