Mal traités, documentaire

 

Pour vivre en santé, privilégiez une bonne base de nourriture ; les légumes de saison (bio), crus ou peu cuits, les fruits, les graines et graines germées, certaines céréales mi-complètes, du riz, de l’eau…
Pensez aussi aux bonnes huiles de première pression à froid.
Privilégiez toujours la qualité à la quantité.
Libérez le sucre ( et il y en a dans tous les aliments industriels), les sodas, les huiles saturées, l’alcool fort, le tabac et tout ce qui pollue l’organisme.
Il est toujours possible de réveiller sa santé.
Apprenez ou faites vous conseiller aussi par les aides données par la nature, plantes, tisanes ou en décoction, huiles essentielles, bourgeons d’arbres, élixirs floraux ou minéraux, homéopathie non chauffée, et les soins comme l’acupuncture, la digitopuncture, les drainages lymphatiques ou les nettoyages de colon.
Il y a tant pour vivre sain !
Le rire, la joie de vivre et un bon moral aident aussi.
Traitez vous bien !
Joéliah

En 5ème dimension

QUE FONT LES PERSONNES QUI SONT DÉJÀ DANS LA 5ÈME DIMENSION ?
1. Elles ne peuvent plus regarder la télévision (ou sélectionnent avec discernement).
2. Pour elles, la compétition n’a plus de sens.
Au lieu de concourir, elles préfèrent partager et s’amuser.
3. Elles savent que la cinquième dimension n’est pas un lieu mais une fréquence, un état vibratoire.
4. Elles n’ont plus peur de l’inconnu.
Elles savent que le monde extraphysique fait partie de la nature et que la para-normalité doit être considérée comme naturelle et non terrifiante et dérangeante.
5. Elles savent que le diable n’existe pas.
Ce qui existe est un grand égrégore alimenté par l’orgueil, l’égoïsme, la cupidité, la peur et l’illusion.
6. Elles veulent être seules et en même temps, lorsqu’elles sont avec d’autres personnes, veulent être avec elles pleinement et intensément.
7. Elles sentent qu’elles ont un but dans la vie,  veulent le trouver et le mettre en action.
8. Elles ont réalisé que gagner dans la vie ne signifie pas mourir riche, encore moins vaincre les autres pour montrer qu’elles sont meilleures et plus combatives
Elles savent que gagner dans la vie, c’est dépasser ses limites et ses peurs et atteindre la fin de sa vie avec un cœur qui bat de gratitude sachant que si elles ne peuvent pas satisfaire tout ce qu’elles ont accompli, au moins elles ont essayé.
9. Elles se rendent déjà compte que la nostalgie n’est pas un mauvais sentiment de perte, mais le sentiment qu’un jour elles retrouveront toutes les personnes qu’elles aimaient et qui ont traversé leur vie.
10. Elles veulent aider l’âme du monde et sont prêtes, car c’est l’un des buts qu’elles ont réussi à accomplir dans ce passage terrestre actuel.
Elles savent qu’elles ne sont pas venues ici uniquement en tant que touristes spirituelles.
(Horeb Veronica Ortiz Ferrari)

Quelque chose de nouveau arrive.

L’intensité des énergies actuelles accélère et augmente le mouvement de l’énergie qui circule dans notre monde.
Cette énergie va continuer de s’accumuler et d’être focalisée sur l’élimination de l’encombrement énergétique du passé.
Tout ce qui a été nié, repoussé et réprimé est montré au grand jour, en nous offrant la possibilité de nous nettoyer, de nous purifier et de nous transformer.
C’est une période où la vie peut sembler hors de contrôle.
Où vous êtes mis au défi de relâcher votre emprise et de vous abandonner à la volonté de votre âme.
En conséquence, vous êtes dépouillé de tout ce qui peut freiner votre évolution et vos progrès.
Ce processus crée l’espace nécessaire à l’émergence de quelque chose de nouveau.
Ce n’est pas le moment de vous attarder sur le passé ou de vous laisser distraire par ce que vous avez déjà surmonté.
C’est le moment de transformation que vous attendiez.
Spirit Pathways – Kate Spreckley
www.spiritpathways.co.za
@katespreckley73
Transmis / Traduit par TransLight
Chers amis de TransLight,
Vous souhaitez me soutenir dans ce service de traduction en faisant un don? C’est très simple… Allez directement sur paypal.me/translight. Merci, Marinette

Préparés pour cette époque.

NE PERDONS PAS ESPOIR
 » Mes amis, ne perdez pas courage. Nous avons été préparés pour cette époque.
De nombreuses personnes profondément et véritablement déconcertées m’ont contactée récemment.
Elles sont préoccupées par l’état des choses qui se déroulent actuellement dans le monde.
Nous vivons une époque de stupéfaction quotidienne et souvent de colère justifiée vis-à-vis des dernières dégradations commises contre ce qui compte le plus pour des gens civilisés ou visionnaires.
Vos appréciations sont justes.
La gloire et l’orgueil démesuré auxquels certains ont aspiré tout en entérinant des actes si abominables contre des enfants, des personnes âgées, des gens ordinaires, des pauvres et des sans-défense, est à couper le souffle.
Pourtant, je vous exhorte, je vous le demande, je vous supplie, s’il vous plaît de ne pas laisser votre esprit s’assécher en épuisant vos larmes pendant ces temps difficiles.
Surtout ne perdez pas espoir.
Plus particulièrement car le fait est que nous avons été préparés pour vivre cette époque.
Oui.
Pendant des années, nous avons appris, pratiqué, attendu et été formés pour répondre à ce niveau exact d’engagement.
J’ai grandi sur les Grands Lacs et je sais reconnaître un vaisseau qui est en état de naviguer lorsque j’en vois un.
Concernant les âmes éveillées, il n’y a jamais eu de par le monde autant de vaisseaux à flot qu’actuellement.
Et ils sont parfaitement équipés et capables de se signaler les uns aux autres comme jamais auparavant dans l’histoire de l’humanité.
Regardez par-delà la proue ; il y a des millions d’embarcations d’âmes justes qui se trouvent sur les eaux avec vous.
Même s’il est possible que vos coques tremblent à chaque vague au coeur de l’orage agité,
je vous assure que les grandes poutres qui composent votre proue et votre gouvernail proviennent d’une forêt bien plus vaste.
Ce bois de construction est connu pour résister aux tempêtes, pour sa capacité à maintenir ensemble, pour sa résistance et sa longévité, quoi qu’il advienne.
En tout temps d’obscurité, face à tout ce qui ne va pas dans le monde ou qui semble irréparable, il existe une tendance à se détourner vers l’inconscience.
Ne vous focalisez pas là-dessus.
Il existe également une tendance à se laisser affaiblir en s’attardant sur ce qui est hors de portée ou sur ce qui ne peut encore se produire.
Ne vous focalisez pas sur cela.
C’est comme vouloir gonfler les voiles sans les avoir hissées.
On a besoin de nous,
c’est tout ce que nous avons à savoir.
Et bien que nous rencontrions de la résistance, nous rencontrerons d’autant plus de grandes âmes qui nous appelleront, nous aimeront et nous guideront et nous les reconnaîtrons quand elles apparaîtront.
Ne disiez-vous pas que vous étiez croyants ?
Ne disiez-vous pas que vous vous étiez engagés à écouter votre voix supérieure ?
N’avez-vous pas demandé la grâce ?
Ne vous rappelez-vous pas qu’être dans la grâce signifie se soumettre à la voix supérieure ?
Notre travail n’est pas celui de réparer le monde entier en une seule fois mais de tendre à rétablir cette part du monde se trouvant à notre portée.
La plus petite et paisible chose qu’une âme puisse faire pour en aider une autre, pour aider une partie de ce pauvre monde en souffrance, sera d’une aide immense.
Il ne nous est pas donné de savoir quels actes ou qui les accompliront permettant d’entraîner la masse critique qui fera pencher les choses vers un bien durable.
Pour qu’un changement profond puisse avoir lieu, ce qui est nécessaire est une accumulation d’actes, ajoutés les uns aux autres, continuellement.
Nous savons qu’il n’est pas nécessaire que tout le monde sur Terre participe pour que prévalent la justice et la paix, mais seulement un petit groupe déterminé qui n’abandonnera pas à la première, deuxième ou centième tempête.
Une des actions les plus apaisantes et puissantes que vous puissiez accomplir pour intervenir dans ce monde tourmenté, est de vous lever et de révéler votre âme.
Sur le pont, dans les temps d’obscurité, l’âme brille comme de l’or.
La lumière de l’âme projette des étincelles,
peut envoyer des balises lumineuses, faire des signaux de feu et permet à ce qui est juste d’être allumé.
Pour que la lanterne de l’âme puisse être vue dans des temps d’obscurité comme ceux-ci :
– Il nous faut être énergiques et faire preuve de miséricorde envers autrui :
ce sont là deux actes d’immense bravoure et de la plus grande nécessité.
Les âmes se débattant captent la lumière des autres âmes pleinement éveillées et prêtes à le montrer.
Si vous souhaitez aider à calmer le tumulte, c’est l’une des plus puissantes choses que vous puissiez accomplir.
Il y aura toujours des moments où vous vous sentirez découragés.
J’ai moi aussi ressenti le désespoir de nombreuses fois dans ma vie, mais je ne lui accorde pas de place. Je ne le nourris pas.
Je ne lui permets pas de manger à ma table.
La raison est la suivante:
Au plus profond de moi, je sais quelque chose, tout comme vous le savez.
C’est qu’il ne peut y avoir de désespoir lorsque vous vous rappelez pourquoi vous êtes venus sur Terre, qui vous servez, et qui vous a envoyé ici.
Les bonnes paroles que nous prononçons et les bonnes actions que nous accomplissons ne nous appartiennent pas.
Ce sont les paroles et les actes de l’Un qui nous a amenés ici.
Quand un grand navire est amarré dans le port, il est en sécurité, cela ne fait aucun doute.
Mais ce n’est pas dans ce but que sont construits les grands navires. « 
Clarissa Pinkola Estès
« Femmes qui courent avec les loups ».

Image par happypixel19 de Pixabay

Que la paix intérieure soit.

Omraam Mikhaël Aïvanhov :
 
Combien de gens disent qu’ils travaillent pour la paix dans le monde !
 
Pour le moment, ce travail consiste surtout à s’accuser mutuellement d’être des fauteurs de guerre.
Pour les uns, ce sont les riches qui sont coupables, pour les autres ce sont les hommes politiques, ou les intellectuels, ou les savants.
Les croyants accusent les incroyants de conduire l’humanité à sa perte, les incroyants accusent les croyants de fanatisme, et ainsi de suite…
 
Observez et vous verrez que c’est toujours en supprimant telles ou telles personnes que les humains croient pouvoir installer la paix.
 
Et c’est là qu’ils se trompent : même si on supprimait les armées et les canons, le lendemain les gens auraient déjà inventé d’autres moyens de se combattre.
 
La paix est en réalité un état intérieur.
 
On ne l’obtiendra jamais en supprimant quelqu’un ou quelque chose à l’extérieur.
 
C’est au-dedans de soi d’abord qu’il faut supprimer les causes de la guerre…
 
***********
 
 
Image par Free-Photos de Pixabay

Êtes-vous une vieille âme ?

Les vieilles âmes savent dès leur plus jeune âge qu’elles
sont à part.
Non qu’elles se sentent supérieures, bien au contraire, elles sont perdues et se sentent déboussolées.
 
Elles ont un regard bien différent sur le monde qui les entoure.
Une très grande sensibilité.
C’est pourquoi elles ont du mal à s’intégrer dans un groupe.
 
D’ailleurs elles ne le cherchent pas vraiment.
Elles ont tant l’impression de ne pas appartenir à ce monde, qu’elles aspirent à un retour magique chez elles… ce lieu qui reste un mystère.
 
Elles se regardent dans le miroir perplexe car l’image qu’elle perçoivent ne correspond pas à ce qu’elle pensent être.
 
Elles trouvent ce petit corps, si jeune, si petit, si fragile…
Elles ne se sentent ni vraiment homme, ou ni vraiment femme.
Elles se sentent en décalage avec ce monde, comme engluées dans un monde au ralenti.
 
Des réminiscences de leurs passés peuvent arriver lorsqu’elles laissent leurs capacités innées s’exprimer.
 
C’est ainsi qu’elle pourront avoir des flashs de vies passées. Des moments anodins de vie… des passés multiples…
 
L’exemple d’un flash parlant pourrait être celui arrivé lors d’un spectacle donné sur le roi Arthur.
En pleine nature, dans un décor spectaculaire, entourée de comédiens déguisés plus vrai que nature, durant le cours du spectacle… l’image d’une tour, d’une robe de velours vert lourde, l’odeur des souliers en cuir…
Tout cela est furtif mais marquant.
 
Et puis il peut y avoir des souvenir de peurs qui viennent vous réveiller la nuit.
Vous vous êtes retrouvé à parler face à une caméra, ce qui implique que de nombreuses personnes vous verrons… or durant la nuit cela déclenche la peur, le souvenir d’une persécution, période où vous avez fuit la torture pour avoir été différent.
 
Encore et encore différent… encore et encore rejeté-e pour vos dons… encore et encore seul-e…
 
Mais cette période sonne la fin de la solitude des vieilles âmes.
 
Le retour de l’âge d’or le permet, les premiers seront les derniers…
 
Certaines vies ont laissé beaucoup de douleurs en leur âme, ce qui les pousse à agir avec méfiance envers l’humanité.
 
Elles savent en leur corps émotionnel que la violence humaine peut atteindre des sommets inimaginables.
Elles veulent se protéger. Les vieilles âmes sont en fin de cycle, elles sont ici pour apporter leurs connaissances, guider, soigner.
Elles peuvent avoir diverses origines.
 
Pour certaines ce sont des semences d’étoiles, c’est pourquoi la frontière est fine entre les caractéristiques des vieilles âmes et les starseeds.
 
Les vieilles âmes ont atteint leur cycle karmique et dans cette roue de réincarnation peuvent s’éveiller complètement pour atteindre le Nirvana.
S’il s’agit d’une semence d’étoile elle ne pourra le faire qu’après avoir réussi sa mission.
 
Cette période est propice à la réunion des vieilles âmes qui se reconnaissent et s’apprécient pour ce qu’elles sont.
À plusieurs elles deviennent fortes et capables de réaliser des miracles.
 
Ce nouveau monde aura des vieilles âmes comme bâtisseurs…
 
Paix, Amour et Lumière !
Par ~ Sandrine Laroche ~
 
*********
Image par Sarah Richter de Pixabay
 
Les vieilles âmes peuvent ressembler à des anges incarnés :
 

Courir après la chance.

Il était une fois un homme malheureux.

Il aurait bien aimé avoir dans sa maison une femme avenante et fidèle.
Beaucoup étaient passées devant sa porte, mais aucune ne s’était arrêtée.

Par contre, les corbeaux étaient tous pour son champ, les loups pour son troupeau et les renards pour son poulailler. S’il jouait, il perdait. S’il allait au bal, il pleuvait. Et si tombait une tuile du toit, c’était juste au moment où il était en dessous.
Bref, il n’avais pas de chance.

Un jour, fatigué de souffrir des injustices du sort, il s’en fut demander conseil à un ermite qui vivat dans un bois dernier son village. En chemin, un vol de canards laisse tomber sur lui, du haut du ciel, des fientes, mais il n’y pris pas garde, il avait l’habitude.

Quand il parvint enfin, tout crotté, tout puant, à la clairière où était sa cabane, le sait homme lui dit :
Il n’y a d’espoir qu’en Dieu. Si tu n’as pas de chance, lui seul peut t’en donner. Va le voir de ma part, je suis sûr qu’il t’apportera ce qui te manque.

L’autre lui répondit :
J’y vais. Salut l’ermite !

Il mit donc son chapeau sur la tête, son sac à l’épaule, la route sous ses pas et s’en alla chercher sa chance auprès de Dieu, qui vivait en ce temps là dans une grotte blanche, en haut d’une montagne au dessus des nuages.

Or en chemin, comme il traversait une vaste forêt, un tigre lui apparut au détour du sentier. Il fut tant effrayé qu’il tomba à genoux, en claquant des dents et tremblant des mains :
Epargne-moi, bête terrible, lui dit-il. Je suis un malchanceux, un homme qu’il vaut mieux ne pas trop fréquenter. En vérité, je ne suis pas comestible. Si tu me dévorais, probablement qu’un ose de ma carcasse te trouerait le gosier.

Bah, ne crains rien, lui répondit le tigre. Je n’ai pas d’appétit. Où vas-tu donc, bonhomme ?
Je vais voir Dieu, là-haut sur sa montagne.
Porte-lui mon bonjour, dit le tigre en bâillant.
Et demande lui pourquoi je n’ai pas faim.
Car si je continue à n’avoir faim de rien, je serai mort avant qu’il ne soit longtemps.

Le voyageur promit, bavarda un moment des affaires du monde avec la grosse bête et reprit son chemin.

Au soir de ce jour, parvenu dans une plaine verte, il alluma un feu sous un chêne maigre. Or, comme il s’endormait, il entendit bruiter le feuillage au dessus de sa tête. Il cria :
Qui est là ?
C’est moi, l’arbre. J’ai peine à respirer. Regarde mes frères sur cette plaine. Ils sont hauts, puissants, magnifiques. Moi seul suis tout chétif. Je ne sais pas pourquoi.

Je vais visiter Dieu. Je lui demanderai un remède pour toi.
Merci voyageur, répondit l’arbre infirme.

L’homme a matin se remit en chemin. Vers midi il arriva en vue de la montagne.

AU soir, à l’écart du sentier qui grimpait vers la cime, il vit une maison parmi les rochers. Elle était presque en ruine. Son toit était crevé, ses volets grinçaient au vent du crépuscule. Il s’approcha du seuil, et par la porte entrouverte, il regarda dedans. Près de la cheminée une femme était assise, la tête basse. Elle pleurait.
L’homme lui demanda un abri pour la nuit, puis il lui dit :
Pourquoi êtes-vous si chagrine ?
La femme renifla, s’essuya les yeux.
Dieu seul le sait, répondit-elle.

Si Dieu le sait, lui dit l’homme, n’ayez crainte, je l’interrogerai. Dormez bien, belle femme.
Elle haussa les épaules.
Depuis un an la peine qu’elle avait la tenait éveillée tout au long de ses nuits.

Le lendemain, le voyageur parvint à la grotte de Dieu.
Elle était ronde et déserte.
Au milieu du plafond était un trou par où tombait la lumière du ciel.
L’homme s’en vint dessous.
Alors il entend :
Mon fils, que me veux-tu ?

Seigneur, je veux ma chance.

***
 » Pose-moi trois questions, mon fils et tu l’auras.
Elle t’attend déjà au pays d’où tu viens « .

***

Merci Seigneur.
Au pied du mon est une femme triste. Elle pleure toutes les larmes de son corps. Pourquoi ?
– « Elle est belle, elle est jeune, il lui faut un époux ».

Seigneur, sur mon chemin, j’ai rencontré un arbre bien malade. De quoi souffre-t-il ?
– « Un coffre d’or empêche ses racines d’aller chercher profond le terreau qu’il lui faut pour vivre. »

Seigneur, dans la forêt est un tigre bizarre. Il n’a plus d’appétit.
– « Qu’il dévore l’homme le plus sot du monde, et la santé lui reviendra ».

Seigneur, bien le bonjour !

L’homme redescendit, content, vers la vallée.
Il vit la femme en larmes devant sa porte. Il lui fit nu grand signe.
– Belle femme, dit-il, il te faut un mari !
Elle lui répondit :
– Entre donc voyageur. Ta figure me plaît. Soyons heureux ensemble !
– Hé, je n’ai pas le temps, j’ai rendez-vous avec ma chance, elle m’attend, elle m’attend !

Il la salua d’un grand coup de chapeau tournoyant dans le ciel et s’en alla en riant et gambadant.
Il arriva bientôt en vue de l’arbre maigre sur la plaine. Il lui cria, de loin :
– Un coffre rempli d’or fait souffrir tes racines. C’est Dieu qui me l’a dit !
– Homme, déterre-le. Tu seras riche et moi je serai délivré !

– Hé, je n’ai pas le temps, j’ai rendez-vous avec ma chance, elle m’attend, elle m’attend !

Il assura son sac à son épaule, entra dans la forêt avant la nuit tombée. Le tigre l’attendait au milieu du chemin.
Bonne bête, voici :
– Tu dois manger un homme. Pas n’importe lequel, le plus sot qui soit au monde.

Le tigre demanda :
– Comment le reconnaître ?
– Je l’ignore, dit l’autre. Je ne peux faire mieux que de te répéter les paroles de Dieu, comme je l’ai fait pour la femme et l’arbre.
– La femme ?
– Oui, la femme. Elle pleurait sans cesse. Elle était jeune et belle. Il lui fallait un homme. Elle voulait de moi. Je n’avais pas le temps.
– Et l’arbre ? Dit le tigre.
– Un trésor l’empêchait de vivre. Il voulait que je l’en délivre. Mais je t’ai dit : je n’avais pas le temps. Je ne l’ai toujours pas. Adieu, je suis pressé.

– Où vas-tu donc ?
– Je retourne chez moi. J’ai rendez-vous avec ma chance.
Elle m’attend, elle m’attend !

– Un instant, dit le tigre.
– Qu’est-ce qu’un voyageur qui court après sa chance et laisse au bord de son chemin une femme avenante et un trésor enfoui ?
– Facile bonne bête, répondit l’autre étourdiment.
C’est un sot.
A bien y réfléchir, je ne vois pas comment on pourrait être un sot plus sot que ce sot-là.

Ce fut son dernier mot.

Le tigre enfin dîna de fort bon appétit et rendit grâce à Dieu pour ses faveurs gratuites.

Partagé par Aurélien Essertel

Image par Shazib Nadeem de Pixabay

10/10/2020 Un pasSAGE vers la Lumière

Par Murielle Robert : Un pasSAGE vers la Lumière en Octobre

Le 10-10-2020

Début et fin d’un karma collectif

Le premier chiffre 10 fait tourner la roue dans le sens contraire des aiguilles d’une montre.

O.K. On recule……

Pas très confortable de marcher ainsi…de reculons…et de voir tous les angles de la vie différemment…les gens reculent vers leurs maisons…et les scénarios de pouvoir et de manipulation se répètent avec une petite minorité bien puissante qui mène le monde…depuis des siècles et des siècles…amen

On se croirait dans le jour de la marmotte!

Le deuxième chiffre 10 nous offre au moins la possibilité de reprendre notre pouvoir en main en prenant la manivelle, la voilà toute en lumière et neutre pour nous offrir les opportunités d’arrêter la roue dans un premier temps.

Cet arrêt sera évolutif que par la prise de conscience, comme un regard sur nos évènements et de s’apercevoir que nous sommes dans un mouvement de répétition générale…le Grand mensonge….

Puis dans un deuxième temps, un mouvement de regard intérieur, face à soi-même, passage obligé…de se regarder se mentir à soi-même…un regard d’amour envers soi, pour avancer vers la vérité de ce que nous sommes…

En tant que personne vivant dans une communauté, un pays, une nation, une planète.

QUI SUIS-JE?

Oui, il était temps que la roue tourne des 10-10 vers ses compatriotes vibratoires du 2020 pour nettoyer définitivement toutes les traces qui ont marqué les blessures et les souffrances de cette planète bleue.

GAIA reprend ses droits de pureté et de transparence à travers les rayons lumineux de ses arbres, tel l’arbre de Vie des 10 Séphiroth…les 10 doigts de la Main de Dieu qui par son amour met fin aux karmas répétitifs de la vie et de la mort.

Voyez les feuilles qui tourbillonnent vers le sol et reviennent prendre vie en montant vers la lumière. C’est grâce à la lettre YOD, cette Étincelle Divine qui viendra mettre fin aux cycles des scénarios répétitifs et ainsi nous rendre nos droits divins, ceux de notre connexion, la Reconnexion avec notre Divinité Intérieure et le retour en Notre Demeure Céleste.

Nous sommes les SOUVERAINS……………. enfin

Dans l’Amour le Plus Pur…en soi et autour de Soi….

Ce n’est pas seulement une date en ce jour du 10-10-2020 mais une puissante vibration et synchronicité des mouvements qui passent pour nous aider à ouvrir nos cœurs et libérer nos esprits de toutes programmations d’esclavage et de soumission… qui se répètent encore et encore …jusqu’à ce que l’On se rappelle, se souvienne que nous sommes ROI et Maître…de notre destinée, en Soi et autour de Soi….

De grandes révélations viendront nous surprendre, nous pourrons les ressentir dans notre Cœur, telles une force, hors de tout discours du mental

Ce sont de belles et lumineuses fréquences vibratoires célestes…

C’est ce que je nous souhaite de ressentir pour les temps à venir… de saisir les cadeaux qui passent dans ces précieux temps de changements et de grands bouleversements aussi…et pour accueillir les enseignements de la belle École du Moment Présent…

Je vous entoure tous et toutes de paix d’amour et d’harmonie

Murielle Robert, auteure de trois livres sur le tarot et celui de la Numérologie Sacrée de votre Couple Intérieur et le tout dernier, le Tarot Spirituel.

 

Le 5ème rêve.

Au début, le Grand Esprit dormait dans le rien.
 
Son sommeil durait depuis l’Éternité.
Et puis soudain, nul ne sait pourquoi, dans la nuit, il fit un rêve.
En lui, gonfla un immense désir…
Ce fut le tout premier rêve, la toute première route.
 
Longtemps, la lumière chercha son accomplissement, son extase.
Quand finalement elle trouva, elle vit que c’était la transparence.
Et la transparence régna.
 
Mais voilà qu’à son tour, ayant exploré tous les jeux de couleurs qu’elle pouvait imaginer, la transparence s’emplit du désir d’autre chose.
À son tour elle fit un rêve.
 
Elle qui était si légère, elle rêva d’être lourde.
Alors apparut le caillou.
Et ce fut le deuxième rêve… la deuxième route.
 
Longtemps, le caillou chercha son extase, son accomplissement.
Quand finalement il trouva, il vit que c’était le cristal.
Et le cristal régna.
 
Mais à son tour ayant exploré tous les jeux lumineux de ses aiguilles de verres, le cristal s’emplit du désir d’autre chose, qui le dépasserait.
 
A son tour il se mit à rêver.
Lui qui était si solennel, si droit, si dur, il rêva de tendresse, de souplesse et de fragilité.
Alors apparut la fleur, et ce fut le troisième rêve, la troisième route…
 
Longtemps la fleur, ce sexe de parfum chercha son accomplissement, son extase.
Quand enfin elle trouva, elle vit que c’était l’arbre.
Et l’arbre régna sur le monde.
 
Mais tu connais les arbres, il n’y a pas plus rêveurs qu’eux.
 
L’arbre, à son tour fit un rêve.
 
Lui qui était si ancré à la terre,
rêva de la parcourir librement, follement, de vagabonder au travers d’elle.
Alors apparut le ver de terre.
Et ce fut le quatrième rêve. La quatrième route…
 
Longtemps le ver de terre chercha son accomplissement, son extase.
Dans se quête, il prit tour à tour la forme du porc-épic, du puma, de l’aigle, du serpent à sonnette.
 
Longtemps, il tâtonna et puis un beau jour, dans une immense éclaboussure… au beau milieu de l’océan… un être très étrange surgit, en qui toutes les bêtes de la terre trouvèrent leur accomplissement et ils virent que c’était la baleine !
 
Longtemps cette montagne de musique régna sur le monde
et tout aurait pu peut-être en rester là, car c’était très beau.
 
Seulement voilà… après avoir chanté pendant des lunes et des lunes, la baleine à son tour ne pu s’empêcher de s’emplir d’un désir fou.
Elle qui vivait fondue dans le monde, rêva de s’en détacher.
 
Alors brusquement sont apparus les humains !
 
Nous sommes le cinquième rêve, la cinquième route,
en marche vers le cinquième accomplissement, la cinquième extase…
 
Dans la moindre couleur, toute la lumière est enfouie.
Dans tout caillou du bord du chemin, il y a un cristal qui dort.
Dans le plus petit brin d’herbe, sommeille un baobab.
Et dans tout ver de terre, se cache une baleine.
Quant à nous, nous ne sommes pas « le plus bel animal »,
nous sommes le rêve de l’animal !
Et ce rêve est encore inaccompli. »
 
Légende amérindienne sur la création du monde issue du livre ‘Le Cinquième Rêve’ de Patrice Van Eersel.
*******
 
Le grand Esprit est en nous et nous sommes en lui.
C’est la Force éternelle de l’Univers, l’énergie de toutes vies appelée Dieu ou la Source, le champ quantique, la Vie.
Tout est vivant, tout est fait d’atomes vibrants.
Tout est issu de la même Source de création.
Nous sommes le rêve de la Vie.
 
A nous de rêver le 6ème rêve en tant qu’Être-Ange humains et de l’accomplir pour la gloire du Grand Esprit créateur.
Joéliah
 
Page Fbk ‘alasourcedubonheur’
 

Un Jour 8 dans un mois 8

Une vibration qui appelle à l’équilibre dans le déséquilibre

La loi du retour du chiffre 8

Cette loi du retour n’existe pas dans son essence en fait, mais plutôt dans son application personnelle. Autrement dit tout dépend de la forme et l’intensité qu’on lui donne.

Ce n’est pas une loi créée par Dieu ou tout autre être créateur non plus, c’est une loi qui est régit par la nature humaine et qui va de soi avec le mouvement naturel des créations.

Dieu n’a rien créé non plus car Il est Amour et l’Amour n’est pas une création mais bien une Émanation qui s’expanse d’elle-même de l’Intérieur vers l’extérieur à partir du grand Soleil central de notre Source Divine et s’extériorise en une multitude de formes créatrices.

Donc tout se fait naturellement par le mouvement de l’Amour au centre même du Cœur Divin dont chaque être humain sur terre est doté, habité et peut ainsi participer à sa propre création d’où la co-création.

Et c’est ainsi qu’est né la loi du retour du chiffre 8, elle est née d’elle -même de la création naturelle de l’Amour Divin avec ses manifestations de toutes sortes tout en maintenant le retour juste et naturel des événements.

LA VRAIE JUSTICE…

Donc c’est toi le détenteur de tes propres créations, tout ce que tu émanes de l’intérieur va te revenir…et c’est ainsi que la loi du retour se met en action…réaction

TA  LOI  À  TOI…

C’est surtout le retour de cette loi qui nous réveille car on ne sait pas parfois ce qui sort de l’intérieur et de quelles énergies le compose, et ce qu’il a emmagasiné depuis des années, des vies.

C’est de cette façon que l’éveil se présente en nous dans le résultat de la portée de tout ce qui se vit à l’Intérieur…notre propre émanation.

Chaque instant que nous vivons est une occasion de prendre conscience de l’effet karmique de cette loi, pas un karma de punition mais un retour de la portée de chaque action, pensée, émotion que nous émettons consciemment ou inconsciemment et qui a des répercussions sur chacune de nos expériences dans le but de nous ouvrir les yeux sur ce que l’on a créé.

Il est là le danger de la loi : Le Jugement

Le jugement c’est la carte 20 dans le tarot de Marseille, ce fameux chiffre 20 de l’année 2020…le grand Libérateur et la Reconnexion

Nous y sommes dans le grand Jugement(20) de la loi du retour.(8)

Chacun fait sa loi bien personnelle, on devient son propre juge et on se punit et se récompense, la culpabilité, la responsabilité et surtout la peur, celle qui créée les plus belles manifestations de punition « car il faut payer pour ce que l’on a fait à la terre » et cette même peur peut prendre des propositions inhumaines parfois par peur de désobéir.

Mais il existe heureusement un ordre parfait dans ce désordre.

C’est merveilleux puisque tout ce que l’on vit présentement est une occasion unique de se réveiller, brutalement parfois mais c’est une manifestation de notre propre création. (sans jugement)

La Grande Conscience Universelle participe à ce mouvement de retour pour nous aider à se libérer, se nettoyer et s’alléger des fardeaux et c’est ainsi que la loi s’applique d’elle-même par le constat des répercussions de nos actes, pensées, principes et croyances que nous émanons chaque jour, chaque instant et qu’inévitablement toutes ces énergies vibratoires ont un effet « boomerang » de retour naturel comme un  gigantesque miroir nous obligeant presque de rajuster la portée de nos actions et pensées.

On récolte ce que l’on sème, « s’aime »

Donc, c’est l’AMOUR qui devient notre plus merveilleuse et délicieuse fragrance divine puisqu’elle émane son parfum doux et léger.

Et dans L’ACCUEIL de toutes nos récoltes même si quelques-unes sont endommagées ou écorchées, c’est surtout avec elles que l’Amour devient notre ultime guérison et que tout ce que l’on vit présentement est soutenu par le vrai le sens de la justice divine. (malgré les apparences)

C’est ce que je vous souhaite d’accueillir…votre essence divine…celle qui est intouchable…

Paix amour et harmonie

Murielle Robert, auteure du livre de la Numérologie sacrée de votre Couple Intérieur et de trois livres sur le tarot dont le tout dernier, le Tarot Spirituel