Consommer et protéger la nature

Les éléments se déchainent sur la Terre invoqués ou non, par les humains.
Un peu partout des feux immenses nettoient tout sur leur passage alors que des pluies diluviennes noient d’autres terres devenues trop sèches pour absorber l’eau.
Aujourd’hui la grêle à Madrid… le changement climatique est à l’œuvre, il a toujours été. Il est juste accéléré.

Cette nuit, les guides m’enseignaient sur notre responsabilité de consommation.

‘L’humanité à oublié d’activer sa conscience et sa sagesse.
A trop vouloir de tout, tout le temps, tout est déséquilibré.
Il est temps de retrouver la justesse dans votre système de consommation
et d’apprendre à moins et mieux consommer, et à produire différemment’…

Je n’ai pas tout noté. Ce que j’ai retenu est que nous nous sommes trop habitués à manger de tout, tout le temps.
Nous sommes devenus de plus en plus accrocs et difficiles,
et d’autre part, le besoin de produire pour satisfaire ces besoins est devenu hors de contrôle.

Trop de fruits qui voyagent longtemps avant d’être consommés sont cueillis verts.
Des fruits ou légumes produits à contre saison, des légumes qui poussent hors sol, des arbres plantés très près qui usent le sol et surproduisent à coup d’engrais…

Les animaux élevés en batterie qui ne voient jamais la lumière, des vaches à qui les bébés sont enlevés pour leur soutirer le lait et engrossées aussitôt, et les petits sont tués…

Je voyais plein d’images des habitudes de surconsommation et de souffrances qu’elle engendre.

Que faire ? Leur ai-je demandé.

La base est simple : apprendre à analyser sa consommation et les conséquences de ses choix.
Réduire drastiquement et changer ce qui doit l’être.
Supprimer ce qui peut l’être. Acheter local et sain.

Manger de la viande ou du poisson tous les jours est devenu un enfer pour le règne animal surexploité et cause de nombreuses maladies pour les humains.

Il y aura toujours des sur-consommateurs avides et inconscients et, heureusement, ceux qui vont agir avec courage et amour pour la vie pour réduire et obliger les producteurs à changer.

Sans oublier tous ceux qui produisent désormais eux-mêmes à petite échelle et localement.

Tout ce qui arrive a une raison d’être.

Le monde est en train de prendre conscience du besoin de l’oxygène et de l’eau pour vivre.

Souhaitons que ces dramatiques feux soient pour que la prise de conscience aie lieu mondialement et qu’un sursaut de sagesse remette l’ordre sur notre belle planète.

Joéliah

signature

Inscrivez-vous gratuitement à l'infolettre de Joéliah et recevez un audio en cadeau.

Chaque semaine, une lettre qui fait du bien à l'âme.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur google
Partager sur pinterest
0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement à l'infolettre de Joéliah et recevez un audio en cadeau.

Chaque semaine, une lettre
qui fait du bien à l'âme.

error: Contenu protégé
libero Sed dapibus ut commodo velit, mattis Aenean Praesent elit. amet,