Critiquer pour détruire ou construire

Lorsque je faisais de la course d’orientation, j’ai appris qu’un degré sur une boussole pouvait changer de plusieurs mètres, l’endroit où se trouvait la pince pour la carte, seulement positionnée à une cinquantaine de mètres du point de départ.
 
En projetant cet écart sur des kilomètres, le point de séparation avec la ligne du but était séparée d’autant de distance.
 
Il était donc important de toujours réajuster le cap sur le plan. Étant centrée sur mon objectif, j’arrivais toujours à trouver la pince et continuer mon chemin en courant.
 
Les personnes qui n’étaient pas centrées erraient parfois longtemps attendant le conseil secourable d’un autre participant.
 
Parfois un surveillant critiquait : ‘vous êtes nuls, vous n’arriverez à rien dans la vie, vous êtes incapables…’
 
Tandis qu’un autre : « si vous rectifiez d’un degré nord vous aurez la possibilité de trouver » ou encore, « pensez à pointer votre boussole dans le bon sens » !
 
L’un détruisait, l’autre élevait…
 
Il en est de même de toutes les critiques. Certaines ne servent à rien qu’à nourrir l’ego de celui qui les fait et à abaisser celui qui les reçoit, s’il les acceptent.
 
D’autres dont constructives et donnent des conseils avisés sur ce qu’il faudrait changer pour s’améliorer.
 
Les parents font la même chose avec leurs enfants. Certains les félicitent et les encouragent et savent donner les directives qui les élèvent. D’autres les abrutissent de critiques ou réflexions en tout genres et s’étonnent du manque de bons résultats.
 
Idem pour un patron, une cheffe ou un enseignant.
 
Nous avons chacun la responsabilité de nos mots et des conséquences qu’ils peuvent entrainer.
 
Nous avons aussi, chacun, le droit de refuser ce qui ne nous semble pas juste et de nous élever par nous-même en nous améliorons par notre propre désir.
 
Chaque choix avisé peut nourrir notre bonheur de vivre.
 
Joéliah
Image par PDPics de Pixabay

signature

Inscrivez-vous gratuitement à l'infolettre de Joéliah et recevez un audio en cadeau.

Chaque semaine, une lettre qui fait du bien à l'âme.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur google
Partager sur pinterest
0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement à l'infolettre de Joéliah et recevez un audio en cadeau.

Chaque semaine, une lettre
qui fait du bien à l'âme.

error: Contenu protégé
diam libero dapibus commodo sit dolor. nunc commodo libero