Le Paracétamol supprime l’empathie.

La compassion fait partie des qualités les plus importantes donnée à l’humanité. Elle est liée à l’empathie, le fait de se mettre à la place de l’autre pour comprendre ce qu’il peut ressentir et ainsi que pouvoir l’aider et surtout de ne rien faire pour alourdir son mal. Un travail dans l’énergie des rayons sacrés turquoise + rose + argent nacré peut aider à développer cette énergie (lire le livre ‘les 13 rayons sacrés pour harmoniser l’humanité). Cependant, des influences chimiques peuvent modifier largement notre travail spirituel et l’infolettre de Michel Dogna de ce jour peut faire comprendre pourquoi, parfois, ça ne fonctionne pas comme on voudrait.
Les effets secondaires des médicaments sont légions. Il suffit de lire les notices jointes et cette étude  scientifique est a connaître et ajouter à la longue liste. Joéliah.

Michel Dogna dans le journal contr’infos et le site faisonsle.info : Le Paracetamol consommé régulièrement réduirait la compassion.

Joeliah

Joeliah

Qui ne connaît pas le Doliprane®, l’Efferalgan® ou le Dolko®, et même qui n’a pas chez soi l’une des 60 formules de paracétamols vendues en pharmacie ? La plupart des médecins et  pharmaciens prescrivent et conseillent systématiquement des paracétamols pour les douleurs inflammatoires, les préférant à l’aspirine en raison de l’agressivité connue de l’acide acétyl salicylique. Les hôpitaux et les cliniques n’utilisent que les paracétamols comme antalgiques dans les perfusions des malades, plutôt que de l’aspirine qui présenterait pour certains un risque hémorragique ou allergique.
Notez en passant que les effets anti douleur des paracétamols sont assez médiocres puisqu’un antalgique ne fait que réduire la douleur sans vraiment la supprimer comme font les analgésiques. En bonus, vous gagnez une bonne gueule de bois qui vous donne une abominable pépie.

La consommation régulière de paracétamol n’est pas sans risques.

Par exemple, selon les données fédérales, le Tylénol présenté comme un analgésique sans risque envoie jusqu’à 78.000 personnes à la salle d’urgence chaque année et aboutit à 33.000 hospitalisations par an. L’ingrédient actif qui est l’acétaminophène, est en plus la principale cause de l’insuffisance hépatique aiguë, selon une étude en cours financée par les National Institutes for Health. Pire, différentes études montrent qu’un léger dépassement de la dose quotidienne recommandée de 4 grammes pendant quelques jours peut entraîner une maladie grave et même la mort.

Le plus surprenant est que mis à part ces dommages cités, une nouvelle étude a montré que l’acétaminophène des paracétamols réduit drastiquement l’empathie et la compassion humaine face à la douleur et la souffrance des autres ; cette étude a été publiée dans la revue « Social Cognitive Neuroscience et Affective » (Mischkowski et al., 2016).
Or pas moins de 600 spécialités pharmaceutiques contiennent du paracétamol.

Le Dr. Dominik Mischkowski, premier auteur de l’étude, explique :
« Ces résultats suggèrent que lorsque vous avez pris de l’acétaminophène, la douleur des autres ne vous semble pas aussi importante qu’il n’y paraît ».
La capacité de comprendre et de partager les sentiments avec d’autres êtres humains est un élément crucial de la paix. Retirez l’empathie humaine et vous supprimez une force motrice derrière les humains de se traiter mutuellement avec respect et dignité.

Un quart des Américains prennent chaque semaine au moins un médicament qui tue la compassion

Selon l’étude, la compassion est le modulateur du comportement prosocial /antisocial. Le déséquilibre psychique induit par l’acétaminophène dans l’empathie soulève des inquiétudes concernant les effets sociaux conséquents, lors d’une prise régulière telle qu’aux États-Unis.

Le Dr Baldwin Way, un co-auteur de l’étude, explique :
« Nous ne savons pas pourquoi l’acétaminophène a ces effets, mais c’est inquiétant.
L’empathie est une chose importante. Si vous avez une dispute avec votre conjoint et vous venez de prendre de l’acétaminophène, cette étude suggère que vous serez peut-être beaucoup moins compréhensif de ce que vous avez fait pour blesser les sentiments de votre conjoint ».

L’étude a été réalisée à l’aide de 80 étudiants, dont la moitié ont reçu 1000 mg d’acétaminophène, et l’autre moitié un placebo. Les élèves ont ensuite lu des histoires de gens qui avaient été blessés et ont été invités à évaluer leur douleur. Ceux qui ont reçu l’acétaminophène ont toujours donné des notes bien plus faibles concernant l’appréciation des douleurs des gens.
Le Dr Way a expliqué les résultats de l’expérience :
« Les participants ont eu une chance de faire preuve de compassion avec la souffrance de quelqu’un auquel ils ont pensé et qui traversait une épreuve socialement douloureuse. Mais ceux qui ont pris de l’acétaminophène ont été peu touchés. Ils étaient peu préoccupés par les sentiments des personnes blessées et rejetées ».

Selon les chercheurs, ils sont en train de transférer leurs expériences à l’ibuprofène pour voir si les résultats sont les mêmes.

REPONSE A UNE QUESTION BRULANTE…
  • Est-ce une partie de la raison pour laquelle les Américains peuvent accepter le massacre d’innocents, hommes, femmes et enfants à travers le monde sans broncher ?

D’une certaine façon, être indifférent à cette souffrance est ce qui rend l’être humain inhumain.
L’indifférence, après tout, est plus dangereuse que la colère et la haine. La colère peut parfois être créative. On écrit un grand poème, une grande symphonie, on fait quelque chose de spécial pour le bien de l’humanité parce qu’on est en colère contre l’injustice à laquelle on assiste.
Mais l’indifférence n’est jamais créative.

Même la haine parfois peut provoquer une réponse : Vous combattez. Vous dénoncez. Vous désarmez.
L’indifférence ne suscite aucune réponse.
L’indifférence n’est pas une réponse.
L’indifférence n’est pas un début, c’est une fin.

Par conséquent, l’indifférence est toujours l’amie de l’ennemi, car elle bénéficie à l’agresseur – jamais à sa victime, dont la douleur est amplifiée quand elle se sent oubliée.
Quant au prisonnier politique dans sa cellule, aux enfants qui ont faim, aux sans-abri réfugiés, ne pas répondre à leur sort, et ne pas soulager leur solitude en leur offrant une étincelle d’espoir  revient à les exiler de la mémoire humaine. A nier leur humanité nous trahissons notre propre humanité.
L’indifférence n’est alors pas seulement une faute, mais une punition que l’on inflige.

Source info : http://faisonsle.info/le-paracetamol-supprime-lempathie/

  • Elie Wiesel, un survivant de l’Holocauste et prix Nobel
  • Matt agoriste est un vétéran honorablement libérés de l’USMC et ancien opérateur de renseignement directement chargé par la NSA. Cette expérience préalable lui donne un aperçu unique dans le monde de la corruption du gouvernement et de l’état de la police américaine. Agoriste a été un journaliste indépendant depuis plus d’une décennie et a été présenté sur les réseaux traditionnels du monde entier. Suivez @MattAgorist


Lire l’original et la suite sur http://thefreethoughtproject.com/one-quarter-americans-kill-empathy/#O5M44fiO7pb8xBWp.99

Photo copyright Joéliah

signature