Les séquelles d’une mère absente…

Sentir la chaleur d’une mère, son attention et son affection en venant au monde, est peut-être l’un des besoins les plus grands qu’un être humain peut éprouver tout au long de sa vie. Il existera peu de choses dont nous aurons davantage besoin. En effet, la première frayeur que nous connaissons est la peur de la perdre, d’avoir une mère absente qui ne vient pas nous secourir lorsque nous en avons besoin. S’il en est ainsi, rien au monde ne pourra le compenser.

Nous sommes capables d’accepter et de supporter tout ce qu’elle fait lors des premiers moments de notre vie. Nous pouvons lui pardonner en un clin d’œil si elle nous critique sévèrement ou si elle nous dévalorise. En outre, nous n’osons même pas remettre en question la façon dont elle nous traite. Nous avons même tendance à nous reprocher d’avoir déclenché sa colère. Nous craignons surtout, lors de ces premières années, qu’elle nous quitte.

“La main qui berce le berceau est la main qui gouverne le monde.” -William Ross Wallace-

Indépendamment de sa disponibilité, une mère doit parfois s’absenter. Elle nous laisse seul, même si ce n’est que pour de brefs moments. Nous ne nous résignons cependant pas à ce qu’il en soit ainsi. En effet, nous ne sommes pas conscients du temps à un si jeune âge, de sorte que nous ne savons pas si elle reviendra. Nous apprenons peu à peu à faire face à ces courtes absences, même si elles sont synonymes de douleur et de peur.

Une blessure s’ouvre dans notre cœur si, pour une raison ou une autre, notre mère s’absente non pour de courtes périodes, mais la plupart du temps. Cette blessure peut en outre ne jamais se refermer. Et lorsque cette mère est totalement absente, les dommages émotionnels sont si importants qu’ils laisseront des séquelles dans notre esprit, notamment si cela arrive lors des six premières années de notre vie.
Une mère absente

Certaines personnes atteignent l’âge adulte en se sentant terrifiées dans toutes les situations où elles doivent être seules. Lorsqu’il n’y a personne à la maison, par exemple. De sorte que s’ouvre en elles un puits d’angoisse dans lequel elles sentent qu’elles se noient. Ces personnes sont souvent charmantes. Elles ont en effet appris qu’elles doivent “bien se comporter” et faire ce que les autres attendent. Mais elles sont comme des enfants terrifiés qui succombent à la peur lorsqu’elles sont seules.

L’absence de la mère pourrait également être à l’origine de nombreux troubles du sommeil et de l’alimentation. Peut-être que la mère voulait que son bébé mange et dorme, et le manipulait sans lui offrir une présence inconditionnelle. Ne pas dormir et ne pas manger pouvait parfois constituer un moyen de la contrarier. De lui faire payer une dette, même si au final l’enfant est celui qui en paye le prix.

Une mère qui s’absente fréquemment et pendant de longues périodes peut induire un fort état d’anxiété chez son enfant. La peur apparaît lorsqu’elle part, mais également lorsqu’elle revient car l’enfant ne sait pas quand elle repartira. Certaines mères utilisent cette peur pour “contrôler” leurs enfants. Elles menacent de les abandonner lorsqu’ils n’obéissent pas. L’enfant n’a pas d’échappatoire s’il ne dispose pas d’une mère suffisamment bonne.

L’enfant qui vit avec une mère absente développe à son égard comportement qui suit une séquence typique : protestation, désespoir et éloignement. L’absence ne déclenche pas l’affection. Elle fait que les émotions deviennent folles. Cela finit par bloquer les sentiments amoureux. Cette absence peut en outre générer une haine sourde pour avoir été soumis à ce cercle vicieux fatal de vouloir et de perdre, encore et encore.

Une mère absente peut donner naissance à des êtres humains distants, en colère et tristes. Leurs enfants apprennent peu à peu et avec une âme brûlante, qu’ils doivent finalement faire face au monde seuls.

Ainsi, les enfant portent parfois des masques pour survivre à cette situation qu’ils ressentent comme très dangereuse. Le masque du sympathique, de l’obéissant, de la terreur du quartier, de l’insensible … Il leur sera difficile de reconnaître, à l’âge adulte, ce qui se situe derrière cette fausse personnalité qu’ils se sont inventée pour faire face à l’abandon.

La confiance dans les autres est ce qui se perd en fin de compte avec une mère absente. Également, l’espoir que quelqu’un puisse répondre à nos besoins ou même nous aimer. De sorte que la personne essayera d’aimer, dans la vie adulte, en créant des liens de dépendance absolue, lesquels échoueront encore et encore.

Par ailleurs, les relations avec les autres restent parfois pleines de suspicion, ou exigent des autres des comportements impossibles. Une mère absente laisse derrière elle un être humain qui apprend à établir des liens pleins de colère, d’anxiété et surtout de méfiance.

https://nospensees.fr/les-sequelles-dune-mere-absente/
Partagé sur Facebook par Merlin Charles.
Image :https://fr.123rf.com/profile_bugphai

signature
0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *