L’essence et les qualités profondes

Par Simon Leclerc, Écrit le 9 mai 2018

Bonjour à vous tous,

Je suis heureux de revenir vers vous aujourd’hui avec un nouvel éclairage sur un thème qui me touche particulièrement, soit celui de ce que représente notre «essence», ce que nous sommes en réalité. Comme vous le savez, j’aime partager ce que j’intègre, car en l’articulant de façon compréhensible, cela m’aide à y voir encore plus clair. J’évolue à travers les gens qui me lisent, qui eux, je le souhaite, apprennent à mieux se connaître via mes partages. Chacun y gagne.

Comme plusieurs, j’ai investi beaucoup d’énergie dans ma vie à découvrir et déployer les plus belles qualités qui me définissent en tant qu’humain. Cela me permet d’offrir le meilleur de moi aux êtres qui m’entourent et me procure du bonheur. Presque toute ma quête spirituelle des dernières années a consisté à rechercher des réponses aux questions «qui suis-je?» et «comment puis-je le mieux offrir ce que je suis au monde extérieur?». Je croyais que ce que j’allais découvrir correspondrait à ma véritable essence. Cela est certes en lien avec la dimension unique de mon être, mais est-ce vraiment mon essence?

Une sensation physique
Les qualités que nous découvrons et déployons dans le monde nous apportent de la joie profonde, car elles permettent à l’énergie de vie de l’Univers (que certains nomment l’Amour) de circuler à travers nous. Le bonheur est cette sensation physique qui se manifeste au niveau du plexus et du cœur quand nous laissons s’exprimer la dimension unique de notre être. Cette sensation n’est pas en lien avec une forme ou une autre d’accumulation, mais bien avec l’offrande de nos qualités profondes. Uniquement connaître ces qualités n’est pas suffisant pour ressentir le bonheur. Il faut les laisser circuler à travers nous. C’est ce mouvement qui procure une joie réelle et durable. Mais est-ce là notre essence?

Sur le chemin de la découverte de soi – de la dimension unique de notre être véritable –, il est naturel d’imaginer que ce que nous découvrons de nous-mêmes en cours de route correspond à notre essence. Les conditionnements humains qui nous ont fait nous éloigner de nous-mêmes pour être aimés des autres ont limité notre développement. Donc quand nous dépassons ces conditionnements et redécouvrons nos pulsions réelles individuelles cachées derrière, nous ressentons être alors en contact avec notre essence, car notre niveau de vitalité augmente et nous nous retrouvons «sur notre X» pour ainsi dire. Exprimer ces qualités est le moyen que nous utilisons pour laisser circuler l’énergie divine à travers nous et vivre une joie profonde, mais ce n’est pas notre essence.

En vérité, notre essence correspond à la fibre universelle de notre être, et non pas à sa dimension unique. Dans le monde spirituel, il existe une confusion entre «qualités profondes individuelles» et «essence divine», car on imagine que c’est via ce qui nous rend uniques que nous accédons à notre dimension universelle. Mais en vérité, l’Univers se déploie à travers nous via la dimension «unifiée» de notre être. L’offrande de ce qui nous rend uniques apporte une paix et une joie profonde, mais c’est via l’énergie de vie en nous, qui est la même pour chaque être, que nous retrouvons nos pouvoirs spirituels et la conscience d’être uni à tout ce qui nous entoure.

À l’origine
Il faut comprendre qu’à l’origine, il n’existait qu’une seule énergie, sans aucune distinction de forme, de conscience et d’expression. Cette énergie de vie s’est contemplée elle-même à un moment de l’évolution, et cela a donné naissance à d’innombrables aspects de lui/elle-même, créés afin d’exprimer chacune des spécificités du Tout, dans des formes individualisées. C’est le mouvement qui a donné naissance à la vie telle que nous la connaissons, via les duos Âme-Esprit que nous sommes.

La création de la vie individualisée via la naissance des duos Âme-Esprit est le seul mouvement créatif qu’a accompli le Grand Univers. Tout le reste a été conçu par les duos Âme-Esprit. Ces derniers portent en eux les mêmes pouvoirs créateurs que le Grand Univers, tout en ayant aussi des spécificités uniques qui les différencient les uns des autres. C’est donc à travers les duos Âme-Esprit que nous sommes que le Grand Univers s’expérimente, se découvre, se déploie et se ressent. Nous sommes donc les créateurs de vie de l’Univers. À notre échelle, nous avons été conçus avec les mêmes pouvoirs que la Source de Vie, et c’est à travers nous qu’elle se déploie. Notre essence, c’est notre dimension universelle, c’est la fibre qui constitue ce que nous sommes à la base.

Les qualités que nous découvrons en cours de route nous permettent de ressentir la joie, car c’est la serrure qui ouvre la porte à l’énergie d’offrande qui circule à travers nous. Mais nos pouvoirs créateurs spirituels de proviennent pas de nos qualités uniques, ils découlent de notre dimension universelle. Il faut donc comprendre que le parcours spirituel ne se résume pas à découvrir ce qu’il y a d’unique en nous, mais bien à retrouver ce qui nous unit à toutes les formes de vie.

La quête spirituelle
Concrètement, comprendre cette nuance permet de recadrer la quête spirituelle. Sur le chemin de l’amour, nous apprenons à nous reconnaître et à aimer l’être que nous devenons. Cela est magnifique et est porteur de vie. Cependant, malgré toutes les découvertes lumineuses que nous effectuons, nous rencontrons aussi nos parts d’ombres que nous tentons tant bien que mal de ramener dans notre cœur. Comme un mirage, nous avons parfois l’impression de ne jamais en venir à bout, comme s’il y en avait toujours une nouvelle qui se terrait au prochain tournant.

Bien que l’évolution nous permette toujours davantage de raffiner et de polir le diamant unique que nous sommes, à un moment, il faut faire un pas de plus et rechercher une autre dimension de notre être. La maîtrise ne consiste pas à tenter d’atteindre un niveau de perfection humain, mais à comprendre qu’il existe une autre dimension de notre être qui n’a jamais quitté la Source de vie et qui nous attend, paisiblement assis au cœur de notre être profond. Cet état naît lorsque nous nous désidentifions de l’humain que nous croyons être, pour laisser émerger l’être vrai, notre essence universelle.

Tout le parcours psycho-spirituel apporte une paix profonde et nous aide à mieux gérer nos émotions. Cela permet une plus grande intégration des énergies universelles dans nos vies et crée de l’espace pour mieux contempler l’essentiel. C’est magnifique. Mais notre essence se situe au-delà de cela. Il s’agit d’une énergie qui nous unit à toutes les formes de vie et qui est la même pour chaque être humain.

Deux mouvements
J’ai réalisé qu’à travers la recherche de la dimension unique de notre être et la quête de bonheur, nous en venons à oublier notre fibre universelle, celle qui nous unit aux autres. À un moment ou un autre du parcours, dans cette vie ou une autre, le mouvement «qui suis-je dans ma dimension unique?» doit céder sa place à un autre mouvement plus expansif, dont la base est «qu’est-ce qui m’unit à toutes les formes de vie qui m’entourent?». Bien que ces deux mouvements s’inscrivent dans une recherche spirituelle, ils se présentent à priori comme opposés, car le premier vise à définir l’être de façon unique par rapport à son environnement, alors que le second cherche à nourrir un état d’unité avec toutes les formes de vie.

Quand un enfant vient au monde, il veut être aimé pour son essence, et non pas pour ce qu’il deviendra un jour. L’enfant ne veut pas être reconnu pour les qualités qu’il développera une fois adulte, il veut être aimé pour ce qu’il est dès son arrivée au monde, soit un être universel en voyage sur Terre. Avant même d’être reconnu pour ses qualités uniques, l’enfant veut être aimé pour sa dimension universelle. C’est cette base d’amour inconditionnelle qui le stimulera à oser chercher à se découvrir, car s’il est ainsi aimé, il saura que peu importe ce qu’il rencontrera, l’amour ne sera jamais remis en question. Il est donc intéressant d’observer qu’à la base, notre premier mouvement n’est pas de vouloir être aimé pour nos qualités uniques, mais bien pour notre dimension universelle. C’est cette base spirituelle qui stimule l’enfant à rechercher le bonheur à travers ce qui l’anime individuellement, ce qui le fait vibrer dans sa dimension unique.

Cela nous rappelle que nos qualités uniques ne sont pas notre essence. Elles correspondent sur Terre au moyen que nous avons de vivre le bonheur en laissant circuler l’Univers à travers nous. En soit, cette quête est au cœur du parcours de tout être humain et il est magnifique d’observer des êtres qui retrouvent leur état de vitalité. Ils sont paisibles, joyeux, vibrants et vivants. Mais cela ne fait pas d’eux des maîtres. Pas encore du moins.

Le Maître
Par définition, un Maître incarne totalement la dimension unique de son être et l’offre merveilleusement bien au monde qui l’entoure. Mais ce qui nourrit ses qualités profondes est sa dimension universelle. C’est l’énergie qui l’unit à toutes les formes de vie qui permet à ce que l’aspect unique de son être puisse ainsi émerger et rayonner.

Exprimer la dimension individuelle de son être est à son optimum au moment où l’on s’unit en totalité aux êtres qui nous entourent. Et c’est précisément là que beaucoup d’humains s’empêtrent, car ils cherchent à se définir en se démarquant des autres pour être uniques et différents. Et plus ils le font, plus ils se comparent et se séparent.

Le fait de vouloir découvrir son unicité ne doit pas s’opposer au mouvement d’union. Les deux pulsions doivent pouvoir se rencontrer, car il n’est pas possible d’être soutenus par les énergies universelles pour découvrir qui nous sommes, tout en cherchant à se séparer des autres pour se démarquer et être reconnus. Seul l’état d’union permet la véritable évolution et la découverte de son essence.

Sur le chemin spirituel, beaucoup d’êtres, en mal de reconnaissance personnelle, cherchent à se définir par rapport à ceux qui les entourent, en se plaçant soit au-dessus, au-dessous, ou en compétition avec les autres. Dans nos sociétés, le fait de vouloir être unique est vu comme un mouvement de démarcation qui sous-entend une forme de compétition et, implicitement, de séparation. Notre fibre universelle peut difficilement s’exprimer dans ces conditions, car c’est à travers la dimension unifiée de notre être qu’elle prend de l’expansion.

Dualité continuelle
Le véritable défi que nous rencontrons en tant qu’humains est d’oser être nous-mêmes, tout en cherchant à nous unir aux êtres qui nous entourent. Mais nous sommes tellement conditionnés à la comparaison et la compétition que lorsque nous voyons les autres rayonner, nous nous sentons menacés. Et nous ne voyons pas que notre façon de voir nous alourdit. Nous croyons même que cela nous pousse à nous dépasser.

En vérité, la comparaison et la compétition nous maintiennent dans une dualité continuelle, car nos pulsions vers l’avant deviennent motivées par nos réactions face aux autres, et non par nos élans profonds. C’est sur ces bases stériles que nous créons notre réalité. Au lieu de manifester ce que nous souhaitons vraiment, nous cherchons à dominer l’autre qui nous fait réagir, et nous attirons alors davantage de ces situations dualistes, car c’est ce que nous contemplons.

Il est intéressant de comprendre qu’à la base, ces pulsions de comparaison et de compétition sont motivées par le mouvement d’amour conditionnel que la majorité d’entre nous avons reçu à la naissance. Voilà en quelque sorte la réponse conditionnée de notre être face à notre «comité d’accueil» terrestre. En ressentant à travers nos parents que l’amour est limité et qu’il augmente en fonction de certains comportements ou attitudes, nous développons aussitôt le réflexe de percevoir les autres comme des obstacles à cet amour qui est disponible en quantité limitée.

L’idée ici n’est pas de juger ces réflexes ni d’entretenir du ressentiment envers nos parents qui les ont éveillées, car ces derniers nous ont offert ce qu’ils connaissaient de mieux, à partir de ce qu’ils avaient reçu de leurs propres parents. Mais il est important de comprendre les enjeux qui sont soulevés ici et de chercher à les dépasser.

J’ai appris que lorsque l’on ose reconnaître vraiment ce qui est – aussi lumineux ou ombrageux que cela puisse être –, et que l’on accepte de le ressentir pleinement dans son corps, cela devient une connaissance et une sagesse pour notre Âme. Elle peut alors l’inscrire en nous comme un nouveau livre dans notre bibliothèque intérieure. Une fois cette étape franchie [voir le texte Le Pré-Secret], il est ensuite possible de créer une nouvelle réalité où les êtres autour viennent stimuler notre mouvement vers l’avant, au lieu de nourrir la comparaison, la concurrence et la compétition. C’est cela qui, pour moi, correspond à un véritable mouvement d’évolution. Au lieu de répéter des patterns, on apprend d’eux et on grandit en sagesse et en amour de soi. Cela ne peut qu’évoluer vers l’amour de la vie et des autres qui nous entourent.

Nos pouvoirs spirituels
Lorsque nous comprenons que nous ne sommes pas nos qualités profondes – aussi magnifiques puissent-elles être – la quête spirituelle prend un tout autre sens. Oui, ces qualités uniques font partie de nous et nous permettent de goûter la vie de façon intense et joyeuse. Mais ce n’est pas à travers elles que nous développons nos pouvoirs spirituels et notre conscience élargie. L’état de maîtrise provient de la reconnaissance totale et absolue de notre dimension universelle, de ce qui nous unit à toutes les formes de vie.

Nous ne sommes pas notre corps, mais celui-ci nous appartient. Ce parallèle est le même pour nos qualités profondes. Elles font partie de nous, mais ne définissent pas notre fibre universelle. À la base, nous avons tous été créés avec la même substance de vie, à partir d’un mouvement universel qui s’est individualisé en d’innombrables duos Âme-Esprit afin d’incarner chacune de ses spécificités dans le but d’explorer la vie. Pour découvrir notre essence, il faut retourner à cette énergie source en nous, celle qui constitue notre matrice première. C’est ce que le maître Jésus nommait « le Christ » en chacun.

Quel est ce Christ qui réside en nous? C’est notre essence, notre fibre universelle. Pour le reconnaitre vraiment, il faut se percevoir comme faisant partie d’un tout unifié. C’est une énergie non différenciée, non individualisée, similaire en chaque être humain, qui constitue la base de notre ADN spirituelle. Ce mouvement ne peut s’exprimer que par un véritable mouvement d’union avec la vie en nous et autour de nous.

Vouloir être unique dans le but de se démarquer des autres nous affaiblit et assèche notre Âme. Être soi-même ne veut pas dire «faire de l’ombre aux autres», mais montrer le chemin et stimuler chacun à l’emprunter.

Retour à l’unité
Les structures de nos sociétés encouragent les mouvements de comparaison, de concurrence et de compétition qui sont incompatibles avec l’évolution de la vie. Il n’existe pourtant qu’une seule énergie Source de vie et bien que celle-ci s’exprime individuellement sous d’innombrables formes, ces dernières sont unies. C’est la compréhension limitée de l’homme qui a créé la compétition et la séparation. Ces mouvements limitent l’évolution et conduisent tôt ou tard vers la dépression et la dévitalisation. Mais ce n’est que dans l’état d’union que l’amour véritable peut s’exprimer et que la vie peut s’étendre. Le mouvement associé au Nouveau Monde correspond précisément au retour de cette unité ressentie.

Quand nous comprenons cela, nous devenons stimulés par la véritable quête spirituelle qui consiste à reconnaître et à contempler l’énergie Christ en nous, symbolisée par le chakra du cœur. C’est le centre de notre être, le symbole de la rencontre de tout ce que nous sommes, dans le corps physique.

Lorsque nous contemplons l’énergie de vie qui circule en nous – notre fibre universelle –, nous devenons cette énergie, car c’est l’Univers à travers nous qui la contemple. Et lorsque nous comprenons que cette énergie est la même qui anime la vie de tout ce qui nous entoure, visible et invisible, notre état de conscience englobe cette vie. Nous ne voyons plus de séparation, tout nous apparaît unifié et porteur de la même force de vie, celle dont notre véritable essence est constituée.

Plus nous nourrissons cette essence, plus nous nous dés-identifions de notre dimension humaine. Mais nous ne devenons pas moins sociables pour autant, au contraire. Nous n’avons plus rien à prouver, à convaincre, à démontrer pour exister et être. Nous sommes, tout simplement. Et cela permet à nos qualités humaines de se déployer sans obstacle, car elles ne visent plus à nous permettre «d’être quelqu’un» ou de «prouver notre valeur». Elles servent de pur canal pour que l’Univers s’exprime à travers nous, nous procurant alors une joie profonde et un réel bonheur, tout en stimulant les autres à en faire autant. Et lorsque dans une société, chaque être se reconnaît et offre le meilleur de lui à ceux et celles qui l’entourent, c’est toute l’humanité qui grandit et se déploie en amour et en conscience unifiée.

La Source de vie
Toutes les découvertes psycho-spirituelles que nous faisons pour nous aider à mieux nous comprendre nous permettent de retrouver la paix en notre être. Cela nous donne de l’espace afin de pouvoir contempler l’essentiel, soit notre essence universelle, ce que nous sommes en réalité. Et plus nous y accordons notre attention, plus nous devenons cette énergie en conscience, en sensation et en puissance. C’est cela qui constitue le véritable parcours spirituel, la quête du Saint Graal de notre essence véritable.

L’énergie Source de vie est tellement unie à nos cellules qu’elle nous paraît inaccessible, un mouvement d’union trop simple pour être reconnu pour ce qu’il est. Et puisque notre quête d’identité nous pousse d’abord à vouloir nous démarquer pour retrouver la dimension unique de notre être, nous oublions que celle-ci s’exprime dans un état d’union, et non de séparation. Mais peu importe si les structures sociales limitent ce mouvement de retrouvailles avec soi-même, l’idée ici n’est pas d’attendre que notre monde change pour nous transformer en profondeur, mais de «sortir des sentiers battus» pour découvrir un chemin parallèle. C’est une voie qui permet à «tous les sentiers uniques» de coexister paisiblement, dans un état continuel d’union et de collaboration, afin de découvrir à un moment que l’énergie derrière tout cela est la même.

Le but du voyage
Il n’existe qu’une seule Source de vie qui compose l’ensemble du Grand Univers et qui anime toutes les formes de vie. Le chemin pour la reconnaître et en faire l’expérience concrètement implique deux mouvements complémentaires. D’un côté, il y a la quête de connaissance de soi, de ce qui nous rend uniques, et de l’autre, c’est une invitation à contempler en nous la fibre universelle qui a donné vie à ce que nous sommes. Si le premier mouvement nous aide à définir notre incarnation et nous apporte une joie profonde, c’est le deuxième qui réveille nos pouvoirs spirituels et nous conduit vers la conscience d’être Un avec tout l’Univers. Ce rendez-vous est celui pour lequel nous nous préparons depuis toujours, c’est la destination ultime de notre voyage. Tôt ou tard, nous nous y retrouverons tous.

Pour certains, l’état de Maîtrise est une utopie, car ils perçoivent toujours de nouvelles ombres au tableau de leur évolution et ressentent leur impuissance à tous les transmuter. Mais lorsque nous apprenons à nous dés-identifier de l’humain pour nourrir notre être vrai, notre essence, ce que nous nommons «nos défauts» s’estompent d’eux-mêmes, car ils deviennent secondaires. Nous n’avons plus peur d’être démasqués, car nos ombres et notre lumière cohabitent pacifiquement. Nous ne nous prenons plus au sérieux. Et puisque nous nourrissons notre essence en parallèle, cela soutient le meilleur de nous pour qu’il puisse s’exprimer dans un mouvement de simplicité et de joie profonde. Et par notre exemple, les êtres autour de nous sont stimulés à faire de même. C’est toute la vie qui en bénéficie.

À travers ce message, j’ai tenté de présenter une dimension élargie de ma compréhension de ce que j’appelle le «véritable parcours spirituel». C’est un défi pour moi que d’essayer d’expliquer avec des mots humains une expérience intangible et immatérielle. J’espère y être parvenu, en partie du moins. Je ne prétends pas non plus avoir atteint l’état de conscience que je décris dans ce texte, mais j’ai découvert en moi un monde intérieur fleurissant que je choisis de nourrir à chaque jour.

Sur ce, je vous salue et vous souhaite un futur béni, sachant qu’il prend naissance au présent.

Salutations à tous

Simon Leclerc

… au service de la Grande Fraternité Humaine et Universelle

————————————–

Écrit le 9 mai 2018, par Simon Leclerc (www.psychologiedelame.com)

Vous pouvez partager librement ce message à la condition d’en conserver l’intégralité, sans rien modifier ni enlever, y compris sa provenance et ces quelques lignes. Merci

Image : https://fr.123rf.com/profile_tan4ikk

signature
0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *