Prévoir le prévisible…

Je me souviens dans mon enfance dans les années 60, que beaucoup de personnes avaient des réserves de nourriture, de bougies ou des lampes à huile pour : ‘en cas où’.
Elles avaient connu les manques de 4 ans de guerre.
Lorsque je descendais dans la cave de mon grand-père (en ville), il y avait plein de bocaux de fruits au sirop et de légumes, des confitures et certains dataient de plusieurs années.
Des pots de graisse, de la viande séchée ou confite qui se gardait aussi des années.
Il y avait aussi du vin, de la ‘goutte’ ou eau de vie qui pouvait aussi servir pour désinfecter à l’occasion.
Et puis la réserve à charbon et du bois pour la cuisinière qui servait de chauffage.
Sur sa table, toujours une lampe à huile pleine et les allumettes dans le tiroir où il y avait aussi des bougies.
Au grenier, c’était la réserve de linge, des couvertures, des pulls qui sentaient la naphtaline toujours pour ‘en cas où’.
Lorsque l’abondance est arrivée et les 30 glorieuses, les caves se sont vidées et les pulls jetés et petit à petit, les gens ont appris à acheter au moment où ils en ont besoin, à vivre à la mode, à suivre les publicités.
Le gaspillage a reçu ses lettres de noblesse.
Idem pour la mal-bouffe industrielle, les plats trop sucrés, trop salés, trop gras, les céréales ‘soufflées’ pour donner l’illusion de volume et les boissons gazeuses.
De nombreuses maladies nouvelles sont arrivées, provoquées en partie par les injections diverses, les plombages ou les nombreux produits chimiques de ‘beauté’.
L’humain a perdu la connexion avec la nature, la pureté, l’authenticité, l’effort et surtout la bonne ‘jugeotte’, la sagesse qui aligne à la source de la vie.
Sauf qu’aujourd’hui, l’état de guerre est là sous une autre forme plus pernicieuse, et les pénuries programmées se mettent en place.
Comme les guides l’avaient conseillé depuis deux ans, il est bon d’avoir des réserves ou des solutions pour pallier les manques qui commencent et vont se manifester de plus en plus.
Même si je suis convaincue, et bien d’autres personnes réveillées, que l’univers peut combler nos besoins lorsqu’on se relie avec amour et foi à la vie, ce n’est pas donné à tous de le faire.
Le taux vibratoire agit aussi sur ces créations et des doutes, des peurs ou la souffrance de proches peuvent s’insinuer et bloquer une attraction.
Aussi, avec sagesse et dans la mesure du possible, prévoyons des réserves d’aliments qui nourrissent réellement.
Pour les personnes qui n’ont pas trop de place, pensez aux sachets de graines à germer, aux légumes déshydratés, aux poudres protéinées de bonne qualité.
Pensez qu’il va y avoir des coupures d’électricité sur plusieurs heures donc prévoyez plutôt du sec que congelé, ou un groupe électrogène de secours.
La vie doit et va changer.
Le monde d’avant 2020 est terminé.
La surconsommation a outrance est arrivée à bout de souffle.
La planète n’en peut plus, sans compter ceux qui l’aident en voulant accélérer le processus et faire disparaitre une grande partie de l’humanité par de multiples moyens.
La Nouvelle Terre a besoin de personnes responsables, plus humbles et respectueuses de l’environnement, qui consomment en sachant parfaitement ce qu’elles ingèrent.
La réappropriation de la santé passe par la conscience de la nature.
Désormais des millions de personnes sont réveillées et changent leurs comportements et ce sont elles qui vont participer, chacune avec ses moyens, à cette évolution, une révolution de conscience qui doit apporter le vrai changement souhaité par la Source amour.
Nous sommes ici parce que notre âme l’a désiré !
C’est une période inédite qui sera marquée dans les annales de l’histoire de la Terre.
Glorifions la Vie, réjouissons-nous d’avoir toujours ce qu’il nous faut quand il le faut, et remercions pour cette élévation libératrice.
Soyons des phœnix renaissant toujours de nous-mêmes.
Souvenons-nous qu’il est fait selon notre foi.
Que le meilleur soit !

0 réponses

Laisser un commentaire

Rejoindre la discussion?
N’hésitez pas à contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.