Surveiller le lait sur le feu.

Dans les années 70 avant que le lait UHT ne soit officialisé partout, le lait se vendait de la ferme, directement dans des pots d’1 ou 2 litres.
 
Je me souviens qu’on posait le pot vide le soir devant la porte, et le lendemain matin, la fermière l’échangeait contre un autre, plein de lait tout frais.
 
Pour éviter les microbes, il fallait faire bouillir ce lait.
 
C’était le moment que je redoutais, surtout lorsque j’étais de surveillance !
La casserole était sur le feu et pendant des minutes, rien ne semblait se passer.
 
Adolescente, c’est souvent là, que j’oubliai mon rôle et je partais faire autre chose pendant quelques minutes quand soudain, l’odeur du brûlé envahissait la maison…
Le lait avait débordé de la casserole et commençait à cramer.
 
Au moment de l’ébullition, quelques secondes suffisaient pour qu’il déborde.
Et j’avais droit à la corvée de nettoyage et les réprimandes bien justifiées qui s’y ajoutaient pour la perte de lait débordé.
 
Dans la vie, nous avons aussi parfois notre ‘casserole de lait’ intérieure qui chauffe et si on ne surveille pas pour éteindre le feu à temps, ça peut déborder.
 
Ce lait peut être un problème qui traine, un mal qui languit et auquel on ne porte pas d’attention, des rancœurs qui s’additionnent, une blessure d’orgueil, de la jalousie, de l’intolérance, un sentiment d’injustice ou juste une accumulation de petites choses.
 
Le feu intérieur grandit et le ‘lait’ chauffe.
 
Il est important de se surveiller et de réduire ce feu, voire de l’éteindre avant qu’il ne soit trop tard.
 
Parfois, c’est trop tard si on a pas fait attention et les dégâts sont importants.
 
Car une colère qui explose, des mots ou des critiques lancés ou écrits sur le coup d’une blessure, un acte mal intentionné peut avoir des conséquences destructrices pour soi et pour ‘la cuisinière’ qui est l’autre, les autres.
 
Alors si votre intuition vous dit de faire attention à des choses qui dérangent, surveillez et arrêtez pendant qu’il est temps !
 
Osez dire Stop avant qu’il ne soit trop tard.
 
Finalement aujourd’hui le lait UHT n’a plus vraiment le goût du frais et pas de microbes… il est un peu à l’image de notre société d’endormis de la conscience qui ne se prend plus vraiment en charge.
 
Ne soyons pas des stérilisés et endormis par facilité. Apprenons à penser par nous-même, à nous protéger, à être maitres de nos vies.
 
Protégeons nos neurones en surveillant bien ce qui se passe dans nos vies afin de pouvoir agir pour le respect de tous.
 
Belle réflexion et que le meilleur soit.
Joéliah
 
Aparté : de mon côté, j’ai arrêté le vrai lait liquide, c’est bien plus facile à gérer et surtout bien meilleur pour la santé.
Aucune acidité de ce côté.
Je n’ai jamais vu une vache boire au pis d’une autre vache, iI doit bien y avoir une sage raison…
 
Image par analogicus de Pixabay
 
A découvrir

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *